CDI Intérimaire : le contrat qui gagne à être connu

Lancé le 6 mars 2014, le CDI Intérimaire est promis à un bel avenir avec un objectif de 20.000 contrats signés d’ici 2017. Coup de projecteur sur ce contrat d’un nouveau type qui ne manque pas d’arguments et qui va décoller !

S’adapter aux évolutions de l’entreprise

Pour une PME, le CDI Intérimaire permet avant tout de profiter de la souplesse du travail temporaire, tout en disposant d’un personnel extrêmement qualifié, sur le long terme. Il s’agit généralement de collaborateurs triés sur le volet, avec une grande expérience dans le métier et dont les compétences et la fiabilité ont été largement validées par l’agence de recrutement au cours des précédentes missions.

« C’est un investissement à long terme. Les personnes que nous proposons en CDI Intérimaire sont soigneusement sélectionnées »,

explique Mélanie Devriese Frerot, responsable RH du personnel intérimaire du Groupe Randstad France.

« Nous les recrutons au regard, notamment, de leur potentiel évolutif par rapport aux besoins des entreprises clientes qui évoluent également. Pour l’employeur, cela permet d’envisager une véritable collaboration à long terme avec un salarié auprès de qui nous développons un véritable plan de montée en compétences et de performance, lesquelles pourront accompagnées les évolutions et les besoins des entreprises clientes. Nous écrivons une histoire à 3, le salarié intérimaire, l’agence d‘emploi et l’entreprise cliente».

Attirer les perles rares

Pour l’entreprise utilisatrice, l’un des points forts du CDI Intérimaire est donc de s’adresser généralement à une main d’œuvre qualifiée. C’est le point fort du contrat, qui prévoit en effet des périodes de formation du salarié entre deux missions. En accord avec l’agence d’emploi, son employeur, celui-ci profite de ces parenthèses sans emploi pour enrichir son parcours professionnel et ainsi monter en compétences et gagner en polyvalence.

flexibiliteAutrement dit, le CDI Intérimaire permet à l’entreprise d’accéder rapidement à des profils pointus ou très recherchés, comme c’est souvent le cas dans les secteurs de la restauration, de la métallurgie ou de l’informatique par exemple. Il est vrai que le travail temporaire s’est considérablement développé depuis 10 ans. De nouveaux profils ont émergé et notamment des cadres, qui ont délibérément choisi ce type de contrat offrant plus de flexibilité. Mais qu’il s’agisse de cadres ou d’agents de maîtrise ou d’experts, le CDI Intérimaire garantit surtout un personnel bien formé pour répondre au mieux aux besoins propres et aux évolutions de l’entreprise cliente.

Et cerise sur le gâteau, c’est l’entreprise de travail temporaire qui prend en charge le financement des formations !

Miser sur la fidélité

Dans le match CDD – CDI Intérimaire, ce dernier a toutes les chances de l’emporter, du moins dans certains cas.

La nature même du CDD implique une certaine volatilité dans la recherche d’emploi qui se traduit souvent par une succession de missions au sein d’entreprises variées. Le CDI Intérimaire, au contraire, est particulièrement bien adapté aux missions longues. Il permet à l’employeur d’établir une relation suivie et de confiance avec un collaborateur et de le fidéliser à l’entreprise lorsque celui-ci s’avère correspondre complètement aux besoins du client.

Souple comme l’Intérim, durable comme un CDI

Ce contrat d’un nouveau genre présente donc l’indiscutable avantage de conjuguer sécurité et flexibilité, tant pour l’employeur que pour le salarié. Si l’entreprise cliente peut ainsi « fidéliser » un collaborateur sans les contraintes d’un CDI classique, le salarié profite aussi de certains avantages. Rémunéré par l’agence de recrutement, il bénéficie des congés payés et surtout d’une garantie minimale mensuelle, même en intermission, avec un salaire au moins égal au SMIC (selon son statut). En contrepartie, il devra accepter les missions dans son périmètre de mobilité. Postes à temps plein, missions quasiment garanties … le CDI Intérimaire est donc avant tout un CDI, avec tous les bénéfices que cela comporte. Le salarié peut alors sécuriser son parcours professionnel et voir son accès, au crédit ou au logement largement, facilité.

Donc, le CDI Intérimaire : un coup de pouce dans la lutte contre la précarité de l’emploi ? Pourquoi pas.

« Cela donne aux entreprises partenaires une image « d’employeur responsable à nos côtés »,

explique la directrice d’une agence de travail temporaire.

« Car c’est une solution solide juridiquement, qui renvoie une image positive ».

La Loi Rebsamen donne un coup de pouce au CDI Intérimaire

Bonne nouvelle pour ceux qui hésitent encore à utiliser le CDI Intérimaire !

Un amendement à la Loi Rebsamen a été signé le 23 juillet dernier avec un objectif clairement affiché : assouplir les modalités du contrat et lever les freins à son développement.

Désormais, le délai de carences entre deux missions est supprimé. Par ailleurs, le délai maximum de reconduction d’une mission au sein d’une même entreprise passe de 18 à 36 mois.

Ce coup de pouce devrait donner un nouvel élan au CDI Intérimaire qui séduit de plus en plus de PME.

Sondage

Et vous, envisagez-vous de franchir le pas en ayant recours au CDI-intérimaire ?

Voir les résultats sans voter

Loading ... Loading ...

Mots clés associés

Partagez cet article

1 commentaire

  1. Habitant l’extrème-est de la Lorraine, je suis bilingue et de ce fait je suis employé par une enseigne Randstad situé en Sarre allemande pas très loin de mon domicile. Cette société m’a embauchée en 1996 sur Cdi après une période d’essai de 6 mois. lorsque les contrats passés dans les entreprises arrivent à échéance c’est elle qui est chargée de me trouver un autre employeur. Si l’affaire ne se fait pas dans l’immédiat, je suis tenu de rester à leur disposition en cas d’une proposition venant de leur part sinon on me paie la journée chômée.

Envie de commenter cet article ?

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité *

Haut de page

Inscrivez-vous à la newsletter Mag’RH ! et recevez toute l’actualité RH par email.

Loi Informatique et Libertés Ne plus afficher