Salaires des non cadres : qui gagne quoi en 2014 ?

Quel point commun y a t-il entre un agent de maintenance, une assistante de direction et un chef de chantier ? Ils font tous partie de la grande famille des salariés non cadres, qui représente 82% de la population active. Dans sa « 6ème édition du baromètre des salaires non cadres », Randstad dresse un état des lieux des rémunérations de cet ensemble disparate aux compétences multiples.

Un coup de frein significatif en 2014

D’après la « 6ème édition du baromètre des salaires non cadres » publiée par Randstad, la rémunération moyenne d’un salarié non cadre s’élève à 1.541 € bruts mensuels au premier semestre 2014, soit une augmentation de 1,25% sur un an. Une progession toutefois timide, et nettement ralentie par rapport à ces 3 dernières années. La raison de cet essouflement ? Un contexte économique dégradé, conjuguant une croissance nulle, un fort taux de chômage et une inflation faible.

Cependant, tous les salariés non cadres ne sont pas logés à la même enseigne. Rien d’étonnant, dans la mesure où cette catégorie recouvre des métiers et des secteurs d’activité totalement différents.

Le BTP, toujours solide

Le grand gagnant en terme de rémunération reste le secteur du BTP.

Affichant une moyenne de 1.617 € bruts au premier semestre 2014, les salaires des non cadres du bâtiment restent attractifs, notamment par rapport à ceux des métiers de l’industrie. Une constante qui s’explique avant tout par les difficultés de recrutement. Car si l’on déplore un ralentissement de l’activité, le BTP a toujours besoin de main d’œuvre. Malgré une image parfois négative, le secteur rassemble pourtant une grande variété de métiers et offre de vraies opportunités. La pénibilité du métier a été largement réduite grâce aux nouvelles normes de sécurité et à l’apparition de nouvelles technologies, et, avec de l’expérience, il est tout à fait possible d’évoluer sur le terrain, avec ou sans diplômes.

Petite ombre au tableau cependant : le secteur affiche cette année encore la plus faible progression salariale. Avec une hausse de 1,05% par rapport au premier semestre 2013, la rémunération dans le BTP est à la traîne, en comparaison avec celle de l’industrie qui augmente de 1,30%, et surtout des services qui caracolent en tête avec 1,37%.

Les métiers d’encadrement et le personnel qualifié tirent leur épingle du jeu ?

Au palmarès des meilleurs salaires non cadres, les professions intermédiaires se taillent la part du lion, avec des rémunérations oscillant autour de 2.000 €.

Figurent dans le top 10 des métiers aussi divers que chef de chantier, formateur, chef d’équipe BTP, chef d’équipe industries, ou encore personnel d’encadrement logistique. Ces professions ont cependant un point commun : elles concernent toutes l’encadrement de personnes. La dimension manageriale de ces fonctions semble tirer les rémunérations vers le haut.

Mais la donne change quelque peu si l’on observe l’évolution salariale. Ce sont essentiellement les métiers exigeant un certain niveau de qualification qui se retrouvent en haut du tableau. Les ouvriers qualifiés en particulier, peuvent se vanter d’une augmentation de leur rémunération bien supérieure à la moyenne nationale. Un électromécanicien de maintenance ou un agent d’exploitation transport et logistique par exemple, voient leur salaire progresser respectivement de 3,4% et de 3,6%. La palme revenant au chef de chantier, dont le salaire affiche la plus forte hausse (4,6%), tout en restant le plus élevé de l’ensemble des non cadres (2.122 €).

Ces chiffres prouvent bien que les qualifications pointues sont évidemment très recherchées et que les employeurs sont prêts à mettre le prix pour recruter la perle rare.

L’exemple de l’aéronautique est particulièrement parlant. Dans ce secteur, les carnets de commandes ne cessent de se remplir pour les années à venir et l’embauche bat son plein. Mais les entreprises concernées peinent à trouver des candidats qualifiés. Une tendance qui explique la bonne tenue des salaires dans ce domaine. Un mécanicien aéronautique par exemple gagne 1.826 €. On peut noter que c’est le seul ouvrier qualifié à figurer dans le top 10 des meilleurs salaires des non cadres.

Pour aller plus loin
Mots clés associés
Partagez cet article
1 commentaire
  1. 2000 euros BRUT

    ça ne fait que, si je puis dire, 1530 euros net!

    On est encore loin d’un salaire de ministre de sénateur ou de Schumacher.

    Bon ok par rapport au RSA…

Envie de commenter cet article ?

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité *

Haut de page

Inscrivez-vous à la newsletter Mag’RH ! et recevez toute l’actualité RH par email.

Loi Informatique et Libertés Ne plus afficher