RSE : quels atouts pour l’entreprise ?

De plus en plus d’entreprises font le choix de créer leur réseau social. L’objectif ? Favoriser la communication entre les salariés, partager les bonnes pratiques, encourager le travail collaboratif … en un mot, construire au sein de la société une communauté à part entière. Une belle idée, mais qui nécessite pourtant une vraie réflexion. Car un tel projet n’est pas sans impact sur l’organisation humaine et technique. Alors, faut-il « liker » ou « bloquer » les RSE ?

Comme son nom l’indique…

Le réseau social d’entreprise (ou RSE) fonctionne de la même manière et aussi simplement qu’un réseau social personnel. Chaque collaborateur dispose de sa fiche et personnalise son profil. Il peut mentionner ses coordonnées dans l’entreprise, ainsi que ses domaines d’expertise, son cursus, ses centres d’intérêt… Il a ainsi la possibilité d’échanger et de coproduire facilement de l’information sur un mur commun à l’ensemble de la société. On retrouve sur les RSE toutes les fonctionnalités propres aux réseaux sociaux : les murs d’activité, les messageries internes et instantanées, et bien sûr, les possibilités d’aimer et de partager les informations postées. Ainsi, les membres du réseau peuvent participer aux discussions, suivre en temps réel les nouveaux ajouts, suivre un calendrier d’événements ou encore accéder à des documents. Détail qui a son importance, ce réseau peut réunir non seulement les employés de l’entreprise, mais également ses clients, ses actionnaires ou ses partenaires.

Un maître mot : le partage

Le premier bénéfice du RSE concerne bien sûr le partage des informations autour des problématiques métiers et des projets de l’entreprise. Un tel outil, collaboratif par excellence, ouvre d’immenses perspectives en matière de ressources humaines.

L’entreprise devient alors une communauté dont chaque membre est relié aux autres en quelques clics. Chacun peut ainsi partager ses connaissances et ses idées. Un bénéfice essentiel lorsqu’il s’agit de transmettre des savoirs et des compétences clés aux jeunes recrues par exemple. Même chose pour l’intégration des collaborateurs fraîchement débarqués, qui ont alors rapidement accès aux bonnes pratiques de la société et à toutes les facettes de son organisation. Les différents services étant ainsi décloisonnés, chaque utilisateur a une vision plus transversale de l’entreprise et de ses activités.

Plus généralement, chacun est invité à donner son avis sur les dossiers en cours, à enrichir tel ou tel projet. Rien de tel pour booster la motivation et fédérer l’esprit d’équipe, voire même provoquer un effet de saine compétition. L’étude menée cette année par Opinion Way et la société de conseil Lecko résume bien les apports des RSE :

Les apports des RSE

  • 75 % des managers interrogés pensent que cet outil facilite les échanges ouverts
  • 72 % d’entre eux plébiscitent l’entraide et l’émergence d’idées nouvelles
  • 62 % déclarent une meilleure coordination des activités.

Opinion Way - Lecko

Gagner du temps et de la productivité

Dans ses applications pratiques, le RSE peut largement simplifier la vie de l’entreprise. Véritable « tout-en-un », il est idéal pour unifier l’ensemble des outils de collaboration. Messageries pour communiquer, agendas pour organiser les réunions, base documentaire pour partager les dossiers… tout passe désormais par un seul réseau.

Un seul réseau, accessible de n’importe où et sur n’importe quel support. Le RSE abolissant la distance géographique, il facilite aussi le télétravail ou la gestion des équipes dispersées sur plusieurs sites.

Enfin, dernier argument, et non des moindres : cet outil peut faire gagner un temps précieux. Fini les centaines de mails intempestifs, les délais de réponses interminables, les heures perdues à rechercher tel ou tel document… Conséquence de l’accès simplifié à l’information et du partage optimisé : une hausse de productivité des collaborateurs pouvant aller jusqu’à 25 % !

« Une entreprise ouverte est aussi une entreprise productive, plus rapide, et capable de sortir des innovations avant les autres »

résume Julien Lesaicherre, responsable de Facebook at Work.

illus-reseau

Réseau social, réseau sensible

Alors solution idyllique le RSE ? Tout dépend des réels besoins de l’entreprise. Pas question en effet de se lancer dans un tel projet sans savoir où l’on met les pieds.

Il est préférable de réfléchir en amont aux implications et à l’intérêt de cette démarche. Les retombées ne sont pas neutres, dans la mesure où l’on touche à la fois à l’organisation humaine de l’entreprise, mais aussi à sa stratégie, aux relations clients et fournisseurs. Déséquilibre des rapports sociaux, contournement du règlement de l’entreprise, non adhésion des collaborateurs… les risques d’échec et de déstabilisation existent et doivent être bien évalués.

Il est donc indispensable de prendre certaines précautions avant de sauter le pas.

Tout d’abord, mieux vaut acter une charte éditoriale, afin de rappeler qu’il y a certaines règles à respecter sur la plateforme (éviter les conversations d’ordre privé par exemple). Ensuite, l’adhésion des collaborateurs sera d’autant plus positive qu’ils auront été au préalable informés des bénéfices et de la marche à suivre dans l’utilisation du RSE. Cela est particulièrement vrai pour les plus âgés qui ne sont pas toujours à l’aise avec les nouvelles technologies.

Enfin, se pose inévitablement la question de la sécurité et de la confidentialité des échanges. Partager des documents peut présenter des risques et accroît la possibilité de fuites d’informations sensibles, surtout si le réseau est ouvert à des sociétés partenaires. Il faut donc opter pour des outils fiables qui offrent un maximum de transparence, tout en garantissant la sécurité des données et une bonne gestion de l’accès des utilisateurs.
Autant de questions à se poser en amont avant d’élaborer un projet RSE. Sans oublier de prévoir des outils de suivi statistique qui permettront d’évaluer l’adhésion des collaborateurs à la plateforme et ses différents usages. Indispensable pour la faire évoluer, car en matière d’entreprise 2.0, demain est déjà aujourd’hui !

Pour aller plus loin

Les fonctionnalités qui ont le vent en poupe :

  • La suggestion spontanée : pour les collaborateurs qui désirent entrer en contact lorsqu’ils partagent les mêmes centres d’intérêt professionnels par exemple
  • La base documentaire : pour permettre à tous de partager des documents facilement
  • L’agenda : pour créer et gérer les événements à ne pas manquer dans l’entreprise
  • L’e-voting : pour que chacun puisse exprimer son opinion sur des idées ou des projets soumis par d’autres collaborateurs
Mots clés associés
Partagez cet article

Envie de commenter cet article ?

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité *

Haut de page

Inscrivez-vous à la newsletter Mag’RH ! et recevez toute l’actualité RH par email.

Loi Informatique et Libertés Ne plus afficher