Rencontre avec un patron de PME issu de la génération Y

Olivier Nicolle, directeur général du groupe Texalliance et de Fetrot Industry.

Point de vue de...

Olivier Nicolle

Directeur général du groupe Texalliance et de Fetrot Industry

guillemet-ouvertLorsque nous sommes en période de recrutement de jeunes, comme c’est actuellement le cas, nous nous heurtons à deux problèmes :

  1. Le premier repose sur la difficulté de trouver des profils ayant suivi des formations techniques. Ce type d’enseignement est délaissé, pas assez valorisé en post-bac. Par exemple nous avons besoin de compétences en réglage sur machines à commande numérique. La plupart du temps, suite à la rareté ou au manque de formations adaptées, nous nous tournons plutôt vers des personnes plus âgées et expérimentées.
  • Deuxième souci : nous avons affaire à des jeunes sans projet professionnel défini. Ils choisissent leur emploi en fonction de la demande. Or, dans les Ardennes, notre lieu d’implantation, le chômage est très important.

Nous avons adopté une ligne de conduite spécifique :

  • Nous avons un jeune en alternance depuis un an et deux autres qui entrent en septembre.
  • Nous avons décidé de les former car nous les avons sentis motivés et impliqués.
  • Globalement, avec cette stratégie, nous rencontrons plus de succès que d’échecs.
  • Il est plus facile de gérer ces jeunes que des profils plus seniors, car ils sont plus à l’écoute et il est possible de leur inculquer de nouvelles habitudes.
  • En revanche, je remarque que, dans mon entreprise, ils ont besoin de plus de temps pour devenir autonomes sur des postes à forte connotation technique.

De mon côté, je fais aussi partie de cette génération Y. Vu mon âge (30 ans), je dois souvent faire face à un premier regard un peu étonné :

  • Beaucoup me considèrent trop jeune pour être patron d’une PME.
  • Mais au final, c’est facile de les faire changer d’avis : il faut montrer ses compétences et faire preuve d’une vision pour gagner la confiance des personnes jusqu’à 50 ans.
  • Au-delà, c’est encore possible mais il faut accepter un peu de paternalisme de leur part. guillemet-ferme
Mots clés associés
Partagez cet article

Envie de commenter cet article ?

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité *

Haut de page

Inscrivez-vous à la newsletter Mag’RH ! et recevez toute l’actualité RH par email.

Loi Informatique et Libertés Ne plus afficher