Réforme du congé parental : les pères au berceau, les mères au bureau ? 1er épisode

A partir du 1er juillet 2014, le congé parental évolue afin de favoriser le retour des femmes sur le marché du travail mais aussi pour rééquilibrer les responsabilités familiales entre les deux parents. Quels sont les changements induits par cette réforme ? Doit-on s’attendre à une recrudescence d’absences de futurs pères en quête de paternité ? Le point sur ce nouveau dispositif…

Depuis 1984, le congé parental est ouvert aux deux parents. Pourtant, dans la réalité, seulement 18 000 pères par an, sur environ 400 000, profitent de ce dispositif et jusqu’ici c’est une « écrasante » majorité de mères (97% de femmes vs 3% d’hommes) qui en ont bénéficié. Pour inverser cette tendance, le gouvernement a mis en place une réforme du congé parental pour favoriser un meilleur partage des rôles parentaux entre le père et la mère. Le but est d’inciter 25% des pères – soit 100 000 hommes – à prendre une partie de ce congé d’ici à 2017.

« Aider les hommes à s’impliquer dans leur vie de père »

Faut-il donc s’attendre à un « sursaut » de paternité et à une désertion massive des pères de leur bureau au profit du berceau ? C’est a priori peu probable dans un futur proche. Une étude de l’INSEE de juin 2013 indique en effet « qu’un homme sur deux déclare ne pas être intéressé par le congé parental ». Malgré tout, les mentalités évoluent et les études à venir vont très certainement modérer ces chiffres. Un sondage Ifop pour le ministère des Droits des femmes révèle que 89% des Français sont favorables à une telle réforme et 58% des personnes interrogées jugent que l’entreprise n’aide pas suffisamment les hommes à s’impliquer dans leur vie de père. Il y a donc une volonté générale de voir la situation évoluer vers plus d’égalité et en toute sérénité.-

Les nouveautés de la réforme

Le nouveau dispositif a pour objectif que le congé parental soit mieux réparti et utilisé par les deux parents. Désormais :

  • Le père et la mère d’un premier enfant ont droit chacun à 6 mois de congés à prendre l’un après l’autre.
  • A partir de deux enfants, ils ont droit à 3 ans, si l’un prend 2 ans ½ et l’autre 6 mois.
  • Si le deuxième parent ne souhaite pas prendre ses 6 mois, la durée est réduite à 2 ans ½.
  • Le congé peut être pris à temps complet ou à temps partiel. Dans ce dernier cas, si les 2 parents optent pour le temps partiel, ils peuvent prendre leurs congés en même temps.

Si vous souhaitez plus d’infos : Consultez la Fiche pratique du congé parental (pdf)

Un père épanoui est un salarié serein

Pour que cette sérénité soit de mise, chacun a un rôle à jouer pour accompagner ces changements.

Cette réforme est une opportunité pour un père de vivre pleinement un moment clef de sa vie, où il va gagner en maturité et responsabilité. Accepter avec bienveillance un congé d’un père qui en fait la demande est source de bien être et de gratitude. Quand celui-ci reviendra dans l’entreprise, il sera plus enclin à s’impliquer dans son travail.

De plus, contrairement aux arrêts maladie, ces absences sont prévisibles : l’employé doit faire sa demande deux mois avant le début du congé, ce qui laisse du temps pour vous organiser. Regardez en premier lieu si une solution en interne suffira à pallier cette absence. Sinon, vous pouvez opter pour l’intérim ou un CDD de remplacement. N’hésitez pas à vous rapprocher de vos agences (Pôle Emploi ou agences d’emploi temporaires) pour vous conseiller et vous aider à anticiper vos éventuels besoins. La prévoyance et la bienveillance seront vos précieux alliés.

Ne pas confondre le congé parental avec le congé de naissance et le congé de paternité

Le congé de naissance : il offre 3 jours de congés, consécutifs ou non, donnés au père sans condition d’ancienneté, du moment qu’il est salarié et qu’il travaille en France. Ces jours de congés sont rémunérés comme s’ils avaient été travaillés. Il est possible de prendre ces 3 jours dès la naissance ou dans les 15 jours qui précèdent ou qui suivent la date prévue de la naissance.

Le congé paternité : Depuis 2002, les jeunes pères ont également droit à un congé de paternité de 11 jours consécutifs, c’est-à-dire incluant les dimanches et jours fériés. Tous les salariés y ont droit sans condition d’ancienneté. Ce congé doit débuter dans les 4 mois qui suivent la naissance de l’enfant. Il est cumulable avec le congé de naissance.

Mots clés associés
Partagez cet article
10 commentaires
  1. juste une manière de faire des économies est sans oser le dire vraiment car personnellement je ne voit pas beaucoup d’hommes ayant des responsabilités oser demander cela a leur DRH .

  2. Je trouve lamentable ce genre de réforme. Il est bien évident que les pères n’oseront pas demander à prendre un congé parental. Les pères s’investissent beaucoup plus qu’autrefois dans la vie de famille. Les moeurs évoluent , il n’y a pas de quoi revoir ces droits. On oublie l’intérêt principal qui est celui de l’enfant. Si le père ne prend pas de congé parental, cela oblige l’enfant à aller à l’école à 2 ans et demi. Quelle assistante maternelle prendrait un enfant pour 6 mois. ?il faudrait d’abord augmenter le nombre de crèches et d’agréments. Est-ce que l’on a demandé l’avis aux parents français.? Les statistiques sont fausses. Je ne pense pas que 80 pour cent des français soient d’accord avec ces changements.
    Le moral des français est déjà en berne, ça va continuer…

  3. Il est vrai que cette nouvelle réforme laisse entendre des gains financier, mais je n’en suis pas certaine. En effet, bien des parents à ce jour ne profite pas de ce congé parental, donc serait-ce un moyen détourné de faire comprendre aux hommes que lorsque la femme travaille son salaire n’est pas un complément d’argent pour faciliter le quotidien. Il faut faire évoluer les mentalités, pourquoi serait-ce toujours les femmes qui devraient prendre le congé parental ? Pourquoi les hommes seraient-ils les piliers financiers ? Je penses qu’au contraire cette réforme est bien pour inciter les hommes à prendre plus de place dans leur investissement paternel. Je trouve cela très bien.

    1. Les hommes gagnent plus que les femmes ce qui signifie que le couple doit pouvoir se passer d’une partie des revenus et avec des emprunts je vois mal les pères prendre ce congé parental.CQFD

    2. ma pauvre fille ! bien sur qu’avec des lois et des réglements on va transformer la société ! un homme sera toujours un homme et une femme sera toujours celle qui porte les enfants, et ce jusqu’au bout.
      Vous avez encore bien des illusions !

  4. A t-on demandé aux très petites entreprises (TPE) ou aux artisans ce qu’ils en pensaient ? je pense que non car avec 1 ou 3 personnes ils ne pourront se passer de leurs ouvriers aux risques de voir leurs entreprises coulées ! encore une preuve que nos dirigeants ne sont pas du même monde que nous ou veulent le détruire !

  5. du bricolage comme d’habitude.Une femme apprécie son congé maternité et les hommes sont plus utiles quand ils rentrent à la maison.Ces ministres feraient mieux de voter la loi du non cumul des mandats,et de revoir à la baisse leur salaire pour leurs piètes résultats depuis 2ans

    1. Et bien Cactus, vous ne faites pas dans la caricature !!!

      Non, les femmes n’apprécient pas forcément de prendre un congé parental, et beaucoup sont ravies de reprendre après leur congé maternité, car elles apprécient la vie professionnelle.

      Non, les hommes ne sont pas plus utiles quand ils rentrent à la maison. Certains aspirent à s’occuper plus de leurs enfants, à prendre du temps pour cela.
      D’autre ne font rien (80% des tâches ménagères assurées par les femmes, ça vous parle?) et il est temps que cela change.

      On est en 2014, sortez des stéréotypes.

    2. Par ailleurs ça n’est pas incompatible avec le fait de voter aussi la fin du cumul des mandats, qui est en effet un scandale.

  6. le mieux sans nous donner des consignes comme à l’école c’aurait été que le congé reste celui qu’il était au départ avec libre choix à chacun de faire ce qu’il veut de sa vie de famille et de sa vie professionnelle

    mais par contre le congés de paternité de 11 jours c’est de la foutaise !! vous cherchez des économies alors rajoutez 2 jours au 3 jours de naissance pour faire la semaine et basta !! car une femme qui sort de la clinique a besoin de son mari dans les tous premiers jours et pas 4 mois après ou quand monsieur veut bien prendre ses rtt + congés de paternité etc c’est vraiment n’import quoi

Envie de commenter cet article ?

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité *

Haut de page