Recrutement des seniors : vraies compétences et idées fausses

Les PME ont-elles tout intérêt à recruter des seniors ? Oui, sans hésiter, répond Karine Lair, directrice du développement et de la Stratégie chez HR Consultancy Partners. Ses arguments ? Les aides à l’embauche mises en place depuis quelques années, mais surtout la vraie valeur ajoutée de ces salariés expérimentés et enthousiastes. A condition toutefois de mettre certains préjugés de côté…

Interview de...

Karine Lair

Directrice du développement et de la Stratégie chez HR Consultancy Partners.

Mag RH :
Peut-on dire que la conjoncture tend à favoriser l’emploi des seniors dans les PME ?

Karine Lair :

Oui certainement. Les seniors sont souvent des profils bien plus recherchés par les PME que par les grands Groupes. Ils ont de l’expérience, ils sont déjà formés et sont parfaitement autonomes, même si leur salaire  reste élevé. Or, ces dernières années, ils ont été parmi les premiers concernés par les plans sociaux des grandes entreprises. Qu’il s’agisse de licenciements collectifs ou de plans de départ volontaire, le nombre de seniors quittant les grandes entreprises n’a cessé de croître. Les PME, qui n’avaient pas toujours les moyens d’attirer de telles compétences, peuvent maintenant saisir cette opportunité.

Sur le marché de l’emploi aujourd’hui, il y a un vrai potentiel de collaborateurs issus de grands groupes avec de belles expertises, dont il serait dommage de se priver !

Mag RH :
Les seniors rejoindraient-ils les PME « par dépit » ?

Karine Lair :

Pas du tout. En réalité, nous avons constaté qu’ils rechignent plutôt à rejoindre un grand groupe à nouveau. Ils y ont souvent passé la majeure partie de leur vie professionnelle et en connaissent tous les fonctionnements… et les dysfonctionnements. La plupart du temps, ils sont plus enclins à rejoindre une petite structure, plus souple et moins formatée. Du reste, ils connaissent la réalité du marché. Ils savent qu’aujourd’hui les grandes entreprises embauchent rarement des seniors car elles sont elles-mêmes en prise avec les problèmes liés à la pyramide des âges.

En résumé, les plus de 50 ans ont toutes les bonnes raisons de rechercher un emploi dans une PME : ils aspirent au changement d’une part et recherchent des solutions alternatives aux grands groupes d’autre part.

Mag RH :
Ils font donc preuve d’une plus grande flexibilité ?

Karine Lair :

Oui, effectivement, certains seniors semblent ouverts à des modes de contrats différents. Bien sûr, le CDI reste le plus convoité. Rappelons que l’on est considéré comme senior dans les entreprises à partir de 45 ans et qu’à cet âge, la carrière professionnelle est loin d’être terminée ! Mais il existe aujourd’hui un certain nombre de solutions qui permettent d’avoir un statut de salarié, avec cependant une plus grande souplesse, comme le CDD senior, le portage, le CDI intérimaire par exemple. Les seniors peuvent s’adapter à ces contrats de travail, certes moins « sécurisés », mais qui facilitent leur retour et maintien à l’emploi. Et puis, ils ont acquis une certaine maturité professionnelle qui les rend plus ouverts à de nouvelles formes de collaboration.

Mag RH :
Les mesures d’aides à l’embauche vont aussi dans ce sens ?

Karine Lair :

Une vraie politique d’aide de retour à l’emploi est indispensable, car ils sont parmi les premiers touchés par le chômage. En réalité, le taux de chômage des seniors n’est pas si élevé que l’on croit (entre 4 et 5%), mais la courbe est exponentielle et augmente à grande vitesse. Et surtout, le risque pour un travailleur de plus de 50 ans de se retrouver dans un chômage de longue durée est important. Contrairement aux jeunes, même si leur taux de chômage est plus élevé.

Pour faciliter le retour à l’emploi des seniors, un certain nombre d’aides à l’embauche* ont donc été mises en place, telles que le contrat de génération ou le CDD spécifique senior. Cela devrait inciter les PME à franchir le pas !

* lire l’article « Emploi des seniors : des mesures pour ne plus battre en retraite ».

Mag RH :
Ces aides suffisent-elles à « casser » certains préjugés tenaces ?

Karine Lair :

En effet, certains préjugés ont la vie dure ! Bien sûr, on entend encore beaucoup d’a priori négatifs. Le plus répandu concerne généralement l’inaptitude des seniors à comprendre et utiliser les nouvelles technologies. Pourtant, la plupart s’y sont attelés. Certains n’ont rien à envier à leurs cadets et sont extrêmement aiguisés dans le domaine digital et numérique. Ils ont acquis la connaissance technique et savent l’utiliser à bon escient.

Il faut également se méfier des a priori trop positifs. On dit souvent par exemple qu’un senior a déjà « fait sa vie » et par conséquent qu’il a fini d’endosser ses responsabilités familiales, financières etc… Mais ce n’est pas tout à fait conforme à la réalité ! On oublie de prendre en compte le nombre croissant de remariages, de familles recomposées, des enfants qui quittent de plus en plus tard le domicile familial pour cause d’études supérieures ou faute d’emploi fixe.… Ces états de fait changent considérablement la donne depuis quelques années.

En définitive, il faut savoir considérer les seniors comme des candidats comme les autres. Pour le recruteur, la seule question à se poser devrait être : « cette personne correspond-elle au poste à pourvoir ?, A-t-elle les compétences requises ? » C’est à mon sens la meilleure attitude à adopter pour ne pas passer à côté d’une bonne recrue !

Mots clés associés
Partagez cet article
36 commentaires
  1. Je suis sincèrement d!accord sur les écrits de Karité Lair, j’ajouterais même que beaucoup de ces seniors, dont je fais partie, ne font pas leur âge. Nous ne sommes pas en apparence des Papis et Mamies comme l’étaient nous grands parents ou arrière-grand-parents, nos physique on rajeunis, nos tenues vestimentaire, notre façon de nous coiffer, (notre maquillage pour les femmes), nos comportements et le fait que nous faisons du sport. Nous avons rajeunis, et ça se voit, d’où l’avantage que peut engendrer l’embauche d’un senior, qui a une belle expérience derrière lui, et souvent des idées novatrices. Nous sommes encore très vif et bien assez dynamique pour pouvoir prouver que nous sommes des éléments de valeur, et surtout, de valeur sûre. cordialemen, P.B

    1. exact mais ce qui rebute une grande parti des entrepreneurs ,patrons, directeurs c’est le salaire ,car ils veulent embaucher un (vieux )pour son expérience mais pas le salaire la societe actuelle c’est le beurre ,l’argent du beurre,la crémière et la crémerie. hélas !!! notre aire c’est faire du fric beaucoup et vite peu importe les conséquences !!!

    2. je partage pleinement ces réflexions, avec un petit complément si nous sommes à l’évidence plus jeunes dans nos corps et dans nos têtes nous avons cependant à l’esprit le résultat de nos expériences que nous souhaitons partager souvent avec des gens très jeunes qui ont eux aussi beaucoup à nous apporter de leur regard sur le monde du travail ce qui ne se faisait pas vraiment dans les générations précédentes assez « patriarcales ».

  2. La seule question à se poser devrait être « cette personne correspond-elle au poste à pourvoir ?, A-t-elle les compétences requises ? »

    Puisse de nombreux employeurs vous entendent…

  3. Que la réalité est différente !!! Je ne compte plus les échecs de candidatures déposées dans les PME ! (une 60taine…) et la défiance des employeurs potentiels à notre égard: pour ne pas dire: « t’est trop vieux » c’est « t’as pas le profil »
    pourtant lorsque vous trimballez 31 ans de carrière d’ouvrier imprimeur, il me semble que l’on devrait avoir droit à un peu plus de considération…

    1. ils s’en ont rien a foutre excuse le mot mais c’est cela

  4. « Ils ont de l’expérience, ils sont déjà formés » oui Madame Lair !!!!…mais bien moins malléables !!!!!! J’entend intellectuellement…

    1. Intellectuellement ? Après 25 ans dans la microelectronics, la personne que je connais s’est reconverti vers un domaine totalement différent, une formation dure dans une des écoles prestigieuses du pays, qu’elle a réussie en dépassant les jeunes, cette personne a même changé de région de climat, elle est plus que consciente qu’elle n’aura plus le gros salaire qu’elle avait avant d’être licenciée lors du plan social qui a fermé son ancienne boîte, vous voulez quoi comme preuve d’intellectuel malléable. Arrêtez vos préjugés et refaites un check dans vos idées, on est au 21 ème siècle.

  5. J’ai 68 ans, aprés la retraite , j’ai demandé un agrément pour gardé des enfants, chose que je fais toujours, mais que je regrette, c’est que je cotise pour tout , mais hélas je n’est le droit a rien parce que je suis retraitée .

  6. Et oui, il a fallu des années pour que ces sois disant compétents ( que j’appelle les Bacs + 7 se rendent compte de l’évidence de conserver les + de 50 ans dans les entreprises, les dégâts sont là… irréparables

  7. je suis d’accord avec elle et convaincu, malheureusement sur le terrain et dans la réalité cela ne se passe pas du tout comme ça. Passé 55 ans vous n’êtes plus dans la course et pas même étudié. Pour l’avoir moi même vécu, les cabinets et les entreprises discriminent largement les seniors et me l’ont même avoué en off.

    1. IL existe en FRANCE, une politique a deux vitesses quel qu’en soit le domaine….Quel âge a la majorité des Elus dont notre Président?

  8. Oui je suis d’accord les séniors ont envie de continuer à travailler ont beaucoup de compétences à transmettre .
    Mais par contre je ne suis pas d’accord sur la motivation des PME à embaucher au delà de 60 ans pour l’avir moi-même vécu .Aujourdhui je suis à la recherche d’un emploi depuis 8 mois et j’ai envoyé au moins 300 CV sans réponse positive à ce jour .

  9. la valeur n’attend pas le nombre des années…. tout comme la valeur ne finit pas avec le nombre des années!!!! – le CID
    je sors d’un entretien il y a trois semaines, il m’a été, dit je cite:
    « parcours impressionnant pour ce poste! mais si vous avez 55 ans nous aurions pu retenir votre candidature,hélas…. » fin de citation. En sortant du bureau je me suis dit les recruteurs avaient raison j’ai encore pêché je n’ai pas encore compris que j’avais en cette date soufflé mes 64 bougies au lieu de 55

    1. Ce n’est pas la valeur, c’est l’image;Celle de la Jeunesse, de la compétition, d’être consommateur de tout, et de pouvoir devenir contestataire…Alors la sagesse, l’experience, le respect des valeur, c’était pout Jean DE LA FONTAINE

  10. « En définitive, il faut savoir considérer les seniors comme des candidats comme les autres.
    Pour le recruteur, la seule question à se poser devrait être : « cette personne correspond-elle au poste à pourvoir ?, A-t-elle les compétences requises ? » C’est à mon sens la meilleure attitude à adopter pour ne pas passer à côté d’une bonne recrue ! »

    La conclusion résume toute la situation actuelle en la matière.
    Malgré les discours, voilà la réalité…et tout ce que ne font pas les 3/4 des recruteurs…mais leur tour viendra !

    De nos jours, avant 30 ans l’on est trop jeune, après 45 ans trop vieux…et il parait que notre société est plus ouverte et civilisée qu’auparavant ????

    La belle hypocrisie et surtout le manque assourdissant de réflexion !!!

  11. Il suffit d’être freelance…On ne m’a jamais demandé mon âge, mais bien mes capacités et mon expérience. Ne suis payé QUE sur mes résultats, aucun honoraire
    juste le remboursement de mes frais réels.
    Strategic & Business development consultant

    1. très joli çà !!! mais tout le monde ne peut pas être  » free lance » comme vous dites !!! or les  » baby boomers » sont très nombreux !!!
      Non la vérité c’est qu’effectivement il y a un manque total de réflexion à moyen et long terme : Si l’on est trop jeune avant 30 ans et trop vieux à partir de 45, çà veut dire 15 ans de vie professionnelle possible en l’état, et tout ces RH pensent que çà va suffirent à payer les retraites à venir ????? !
      Il n’y a pas besoin d’être bac + 10 pour comprendre que ce système est uniquement basé sur le profit immédiat et n’a AUCUN avenir profitable, ni sur le plans humain, ni sur le plan économique, et je ne parle pas de la déperdition des savoirs !!

  12. Dirigeant d’une TPE, j’ai recruté récemment un senior de 60 ans sans aucun préjugé.
    Après un entretien d’embauche bien mené cette personne a su se vendre et me donner envie de l’embaucher.
    J’ai vécu semaines après semaines tous les préjugés qui existent.
    Incompétences en informatique, refus d’appliquer les règles pendant que sa longue expérience vallait mieux que les procèsse, dénigrement de ses collègues jeunes…et bien sur, après avoir signé son contrat, quelques jours après on me demandait une augmentation et il m’a même proposé une réorganisation de mon entreprise!!
    Ce monsieur est resté 3 mois dans ma structure, un moulin à vent qui a été improductif tout en étant consommateurs de temps, par de la formation, du recadrage….
    Je regrette amèrement cette expérience. Sans mettre tout le monde dans le même panier, je ne suis pas prêt à renouveler l’expérience.. Un senior de 45 ans… Le terme me paraît presque violent à cet age, je n’aurais aucune crainte d’embaucher un jeune vieux de 45 ans…

    1. quelle chose bien difficile que de recruter pour une TPE, avec un risque maximum, je n’aimerai pas être à ta place. Cela étant, tu risques de reproduire ton erreur : il ne s’agit pas d’âge, mais de mentalité. Tu n’as pas su reconnaitre le bluffeur, le tricheur, et tu ne sauras pas le reconnaitre demain si tu penses que cela était lié à l’âge de la personne. Ce genre de personne, on les croise tte sa vie, et à n’importe quel âge. Cdt,

  13. Je croyais comme vous à la valeur de l’expérience, à la maturité qui permet d’affronter toutes situations dans le travail, etc etc… Jusqu’à ce que récemment :
    Un conseiller en formation délégué par Pôle Emploi me dit « vous n’aurez pas droit à une formation en raison de votre âge (51 ans, licenciement éco après 25 ans dans la même entreprise) » et me conseille simplement de « demeurer dans une logique de recherche d’ emploi dans votre secteur « de toujours » ; il me précise aussi que je vais devoir accepter plus de contraintes et certainement un emploi que je n’apprécierai pas…
    Et l’on demande aux séniors de rebondir et rester motivés ?
    En un an, 300 candidatures environ, 8 réponses, négatives.

    1. Bonjour Madame ; vous ne nous avez pas divulgué vos précédentes activités , y aurait il cause à effet des difficultés que vous rencontrez aujourd’hui pour retrouver un emploi..?

  14. Bonjour à tous ,en effet je retrouve dans vos coms une partie de mes convictions face au monde actuel et surtout celui du travail ; 63 ans pris la retraite voilà deux mois après 45 ans en restauration hospitalière, gravit tous les échelons hiérarchiques pour terminer responsable restauration ….Comme mon pseudo l ‘indique;voilà plus de 30 ans j’ai suivi le monde de la chasse avec mes propres convictions écolo, ce qui n’a rien de péjoratif quand que vous puissiez en penser et aujourd’hui plusieurs propositions se sont présentées sans aucune recherche de ma part : Détenteur de tous les permis de conduire un recruteur d’une société de transport scolaire me propose une formation FITMO , plus un CDD pour un temps deux fois deux heures par jour de classe montant proposé 575E sur treize mois travaillés ou pas, complémentaire , C E……etc.. Mais enfin 4 millions de chômeurs POURQUOI?
    Cynégétiquement votre..

    1. Bonjour gardechasse,

      Pourquoi faire de votre exemple personnel et isolé un exemple pour tenter de démontrer qu’il est facile de trouver du travail même sans en chercher?

      En plus, si j’ai bien compris vous parlez d’un Cdd à temps partiel pour 575e par mois?
      Si j’étais inscrite au chomage (ce qui m’est arrivé à plusieurs reprises entre 2 CDD) je refuserais un tel contrat a temps partiel qui ne permet même pas de payer mon loyer pour concentrer mes recherches sur un autre emploi! Car si je retrouvais un emploi à plein temps en CDD en même temps qe j’occupe un CDD à temps partiel, je ne pourrais pas quitter l’un pour l’autre!!!
      Bref, votre exemple est très mal choisi je trouve.
      Concernant botre commentaire sur le post d’Églantine : 300 candidatures (donc 300 postes ouverts) pour seulement 8 réponses (négatives) ça ne vous choque pas? Je crois que ça serait une piste pour expliquer en partie les chiffres du chômage.
      A moins que j’ai mal compris le sens de votre commentaire (aauquel cas je m’en excuse)
      Bonne journée.

  15. Romain, vous vous êtes fait avoir par un senior qui vous a « embobiné », mais cela aurait pu être le cas aussi avec un plus jeune. Il y a dans la société des profiteurs comme des menteurs, d’où tout l’art de déceler le vrai du faux comme les compétences. Les seniors qui aiment le travail sont passionnés par le fait de faire partager le dynamisme et l’expérience qu’ils ont mais il est vrai que les recruteurs comme les entreprises sont frileux et préfèrent l’apparence, le côté malléable des individus, donc c’est un manque de courage, de dynamisme, avec des vues et orientations inavouées… profiter de la crise et du marché de l’emploi pour déployer une dictature sur la main d’œuvre … si nécessaire avec chantage à l’appui … on n’est pas près d’avancer, et d’ailleurs les entreprises récoltent ce qu’elles ont semé… il n’y a plus « d’esprit d’entreprise » comme cela existait avant, il n’y a plus de politique « donnant-donnant / gagnat-gagnant »

  16. Depuis 8 ans, date de mon premier licenciement à 50 ans, j’enchaîne les CDD ou les CDI ainsi que les périodes de chômage. J’ai la chance d’avoir un bon réseau dans mon secteur car j’ai un profil commercial et communication.
    Cependant, fréquemment, à l’arrivée d’un quadra comme supérieur hiérarchique dans le cadre d’un remaniement, quelques après mon arrivée, je suis débarqué ou mon CDD n’est pas reconduit, dernier arrivé, premier débarqué. Généralement ce quadra ne tient pas très longtemps, manque d’expérience, manque de confiance, peur d’être dominé par un subordonné chargé d’expérience qui, pourtant, ne la ramène pas, disposé à partager et transmettre son savoir, sans ego particulier. Les RH sont aux ordres et valident.
    Cependant l’expérience de plusieurs entreprises est extrêmement enrichissante.
    Après 50 ans, il faut avoir ses valises toujours prêtes et se considérer comme un intermittent. L’expérience en tant que free lance est bonne mais ne permet pas toujours d’en vivre. Elle permet d’être un tremplin pour retrouver un job en restant actif tout en entretenant son réseau, poursuivant ainsi la longue et fastidieuse constitution de trimestres cotisés ou validés.

  17. J’ai plus de 50 ans, allure jeune, dynamique et motivée, avec une certaine expérience dans mon activité. .Malgré des entretiens cela fait 4 mois que je n’arrive pas à trouver un emploi…moralement c’est difficile et on ne m’à jamais fait de proposition. Quand je demande pourquoi je n’ai pas été retenue on le répond qu’on a préfèré une personne plus jeune. .. je désespère

    1. il ne faut pas désespérer, mais le fait d’être sportive, d’avoir l’air jeune et d’être en bonne santé ne te donnera rien de plus, tu te trompes de combat. Le marché est ainsi fait, +50 ans, ton cv passe à la poubelle tout simplement. Avant la mode vélo, j’étais le seul parmis 500 personnes à venir au boulot en vélo ts les matins, une heure avant tt le monde, et une heure après. Crois-tu que cela change qque chose ? Non. Une personne de 30 piges, les yeux fatigués et la performance sous zero continuera de plaire, c’est comme ça. Alors fait le pour toi, reste jeune pour toi, mais oublies que cela donnera le change. Nous sommes dans l’arbitraire absolu, il n’y a pas de réponse à ton pourquoi, c’est purement idéologique. Persévère, continue et bats toi. Bon courage, cdt,

  18. l’invention de la catégorie senior par les sociologues et si bien entretenu par les rh, la différenciation voire l’opposition jeune/vieux entretiennent l’idée qu’il n’existe pas de métier et des gens de métier plus ou moins expérimenté, mais seulement des profils en accord avec l’idéologie sectaire de la culture de la performance qui n’a strictement rien à voir avec le résultat mais répond à un simple besoin d’exploitation et de baisse des coûts. En accord, les RH se gardent bien de mesurer la valeur « travail » par le résultat et le rationnel, et préfèrent utiliser des formules plus farfelues les unes que les autres qui ne prouvent qu’une chose : elles sont de merveilleuses usines à rafiner les coûts, et sont le premier vecteur de discrimination, de classification et de destruction des savoirs et de la connaissance. Les RH ne sont là que pour répondre au besoin du marché, et certainement pas au besoin des hommes et des femmes qui le constituent.
    Il est évident que les soit-disant senior sont généralement plus compétent, plus performant et plus fiable, s’il n’y a pas de boulot pour ceux-là, ce n’est qu’une question d’idéologie et de mode. Que les RH nous ouvrent leurs portes et nous démontrent que leur critère de sélection sont rationnels, alors, seulement, on pourra leur prêter qques valeurs et donner un poid à leur propos.

  19. 57 ans et tres dynamique encore…une societé m’a contacté pour un remplacement maternité d’une salariee. En poste de 4mois, j’ai répondu à une offre interne pour un poste correspndant à mes compentences. La reponse du responsable du secteur m’a fait froid au dos: j’ai une équipe juniore et prefere prendre un junior…
    Que dire de plus??

  20. Bonjour,
    Hé bien rien ne change, licenciée en 2003, les conseillers Pôle Emploi me disaient « vs n’êtes pas bien chez vous? » !! et certains employeurs « je ne vous proposerai jamais de CDI », pas de temps plein, etc etc
    J’ai pris contact avec les agences d’intérim et l’une d’entre elles a proposé ma candidature à différentes entreprises.
    J’ai pu travailler pendant 5 ans, pour 12H/15H semaine avec un complément « assurances chômage ».
    Malgré mes déclarations mensuelles à Pôle Emploi, leurs erreurs d’enregistrement m’ont obligée à renouveler tous les mois mon dossier pour valider mes droits.
    C’est un combat permanent, tout est fait pour vous décourager et vous avez raison, à 20/25 ans trop jeune, à 36 ans déjà trop vieux, alors après…….trop polyvalent ?

    Un constat qu’il faut faire, les mi-temps proposés aux retraités : laissez la place à vos enfants, aux parents qui en ont vraiment besoin pour exister dans le monde du travail et construire leur vie, car j’entends certains qui se vantent de ces revenus qu’ils utilisent pour leurs loisirs, quand d’autres auraient besoin de ces revenus pour survivre.

    Bon courage à tous

  21. Plus les années s’accumulent, plus votre CV a des chances de devenir atypique. Rares sont les gens qui ont fait 20 ou 30 ans le même métier.
    Mais pour un patron, ce n’est pas une force, une source de pluralité. Non, c’est inquiétant. Un patron veut quelqu’un pour une mission. Que son candidat ait d’autres compétences le gêne. « Il va s’ennuyer », « Il risque de vouloir changer des choses chez moi », etc.
    Bref, indirectement, le patron va préférer un jeune, au CV plus ciblé…
    Et notre cinquantenaire va une nouvelle fois rester au chômage plus longtemps.

    Au-delà de ça, je ne compte plus le nombre d’articles écrits par des DRH qui prétendent qu’embaucher un senior c’est génial. Mais ils ne le font pas dans leurs entreprises. A quand un article d’un DRH qui assume ne pas embaucher de gens de plus de 45/50 ans ?
    Faites ce que je dis, pas ce que je fais.

  22. Dans nos grands groupes et les entreprises qui en dépendent ,ce sont des procédés mafieux dénués de tout sens de l’humain et du devoir d’intérêt général,seul l’image et la spéculation compte ,c’est pourquoi le marketing prend une place très exagérée et se substitue aux instances représentatives de contre pouvoir et d’une véritable démocratie.En effet il ni y a rien de plus efficace pour noyer le poisson et créer une société de perdition ou petit à petit on gomme puis on tue tous les repères d’une société harmonieuse et équilibrée , la perte des racines en fait partie également.Toute la société est touchée dans son ensemble,justice,syndicats administrations et toutes les couches de la société etc .
    L’exemple vient de haut et on se bat pour le pouvoir et les avantages qu’il procure mais non pour les devoirs qui incombent à la fonction . On décide ,on fait beaucoup de grands discours,on sait tout sur tout mais on assume jamais les grandes décisions qui nous conduisent dans les choux et parfois à la ruine Comme par hasard on écarte les gens les plus honnêtes des grandes décisions et l’on ne tiens pas compte du vote des peuples.Ses méthodes sont des méthodes autoritaires qui en aucun cas ne sauraient faire autorité puisqu’elles ne servent en aucune façon l’intérêt des forces vives de la nation ,on peut dire que nous avons à faire à une politique morbide et déshumanisé.

  23. Souvenir de 78/79 (c’était le XX° siècle), je commençais mes études supérieures et j’étais skipper en école de croisière
    J’ai fait une remontée de la Méditerranée avec des salariés d’IBM qui expliquaient que leur entreprise favorisait les congés sabbatiques et ou formation individuelle de 6 mois à un an. Pour cela un compte épargne temps et numéraires était disponible.
    Un couple se préparait à prendre ce congé sabbatique, d’où le stage de voile

    Pourquoi un tel dispositif : Fidélité à l’entreprise – Innovation sociale instaurant une relation « Gagnant / gagnant », les salariés revenaient au sein de l’entreprise motivés avec des idées neuves, des volontés de faire, d’entreprendre au sein du Groupe – ils pouvaient vivre une aventure personnelle tout en sachant que le retour était sécurisé ……
    Au XXI° siècle, l’innovation sociale dans nombre d’entreprises s’appelle la rupture conventionnelle au-delà de 50/ 55 ans pour embaucher un junior dont le delta de salaire avec les charges compense la première année les indemnités versées
    Au-delà de 58/ 59 ans, c’est une pratique courante, Indemnités + la collectivité (Pôle Emploi) portent le revenu jusqu’à la retraite!!! Dixit des juristes et avocats lors de séminaires « Assurances de personnes »

    Une donnée dont il faut tenir compte, exemple l’assurance : Les programmes dits « expert » se substituent de plus en plus à l’expertise (donc compétences techniques)
    Débat hier avec un souscripteur expert : Discours marketing et solutions basiques pour répondre à des risques sophistiqués.

    Jusqu’à quand?

  24. Bonjour à Tous

    -Non,l’âge ne compte pas ou peu.Ou bien on sait ou bien on ne sait pas.Ou bien on est en bonne santé physique et psychique ou bien on ne l’est pas.

    -Et c’est valable pour Tout le Monde.

    -Oui les TPE surtout sont concernées (75% d’entre elles disparaissent au bout de 3 ans avec tous les dégâts considérables à titre personnel…..)Voir le dernier Salon de la TPE Paris

    -Oui,il n’y a pas d’âge pour apprendre,pour avancer ….Heureusement !

  25. de l’air de l’air de l’air.

    Faisant partie des SENIORS je suis désespéré de voir des entreprises se scléroser petit à petit du fait du trop grand nombre de SENIORS. La plupart d’entre eux ont une productivité réduite (du fait d’une santé physique et mentale qui se délabre progressivement) et ne permettent plus de répondre aux exigences de compétitivité et de productvité.

    Il faut abaisser l’âge de la retraite à 55 ans (comme le font en pratique les majors Américaines en se débarrassant de leurs salariés les plus âgés) et amener les plus jeunes à travailler le plus tôt possible.

    De même il apparait urgent de réduire le temps de travail à 30h par semaine (de façon à laisser le temps à l’imagination et à la créativité). Il n’y a plus besoin de temps humain pour produire. Qu’on se le dise !

Envie de commenter cet article ?

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité *

Haut de page

Inscrivez-vous à la newsletter Mag’RH ! et recevez toute l’actualité RH par email.

Loi Informatique et Libertés Ne plus afficher