Prime de fin d’année, prime de noël, 13ème mois… Comment récompenser vos salariés en fin d’année ?

Article précédent

La fin d’année est un moment festif et associé à la famille. Cette atmosphère se ressent aussi en entreprise. Fêtes de Noël et autres réjouissances peuvent s’ajouter à l’agenda, pour partager un moment convivial entre collaborateurs.
Cette période est également l’occasion de faire plaisir à vos employés ! Les possibilités sont nombreuses, et impliquent des obligations légales différentes : primes individuelles ou collectives, 13ème mois ou encore bons d’achat. Voici un aperçu des solutions qui s’offrent à vous, afin de choisir celle qui fera le plus plaisir à vos employés, tout en répondant aux contraintes de votre entreprise.

bon à savoir

La CAF attribue des primes de fin d’année sous certaines conditions. Vous pouvez informer vos salariés afin qu’ils en profitent s’ils sont éligibles.

1 – Le 13ème mois

Le treizième mois – également appelé prime de fin d’année et prime de Noël – n’est pas une obligation légale pour l’entreprise, même si elle peut le devenir dans le cadre de certaines conventions collectives. Le versement peut être fractionné : la moitié en décembre et l’autre en juin par exemple.

Au moment des fêtes où vos salariés vont faire leurs cadeaux à leurs proches, c’est une prime qui est très appréciée !

À qui pouvez-vous l’attribuer ?

Les conditions pour qu’un salarié en profite sont les suivantes :

  • 2 mois d’ancienneté dans l’entreprise en temps partiel ou en temps plein, et 44 jours travaillés pour un travailleur occasionnel
  • Ne pas avoir quitté l’entreprise volontairement ou avoir été licencié pour faute lourde ou grave

Quel montant ?

Le montant de la prime de fin d’année dépend de votre secteur d’activité et de votre entreprise. Il peut représenter :

  • Un mois de salaire
  • Un pourcentage de la rémunération annuelle établi au préalable
  • Un montant forfaitaire précisé dans la convention collective

Prime de fin d’année et arrêt maladie ou congé maternité

La prime de fin d’année ne peut pas être retirée à un salarié qui a pris un congé maternité ou subi un accident du travail, mais elle peut être diminuée. Pour cela, le 13e mois doit être destiné à récompenser la présence au travail, auquel cas le salarié recevra une somme au prorata de son temps de présence dans l’entreprise.

2 – Chèques cadeaux

Les chèques cadeaux représentent une somme moins importante, et sont soumis à une réglementation très précise. Même leur condition d’utilisation est stricte car, selon l’organisme auprès duquel vous les achetez, il ne seront utilisables que dans certaines enseignes.

Ils ne sont pas assujettis aux cotisations de Sécurité sociale si le montant global de l’ensemble des bons d’achat et cadeaux attribué à un salarié au cours d’une année civile n’excède pas 5 % du plafond mensuel de la Sécurité sociale. En 2018 il est par exemple fixé à un maximum de 166 €.

Il doit remplir trois conditions :

  • Être en en relation avec un événement précis, Noël étant inclus dans la liste de ces évènements
  • Avoir une utilisation déterminée, qui soit en relation avec cet événement
  • Un montant non disproportionné par rapport à l’événement

Les chèques cadeaux sont très appréciés au moment des fêtes. Même si leur utilisation est restreinte, elle est souvent possible dans de grandes enseignes où il est possible de faire ses cadeaux de Noël.

3 – La prime d’intéressement

L’intéressement est un dispositif d’épargne salariale, facultatif. Toute entreprise peut décider de le mettre en place par voie d’accord. S’il est en vigueur dans l’entreprise, il doit alors concerner tous les salariés. Seule une condition d’ancienneté peut être exigée.

Qu’est-ce que c’est ?

Le salarié percevra une prime dont le montant et les conditions de versement sont indiqués au préalable dans un document qu’il auront signé. Les sommes peuvent donner lieu à un versement, auquel cas elle est directement disponible pour le salarié. Mais il peut également choisir de les placer sur un plan d’épargne salariale ou un compte épargne-temps.

Comment la calculer ?

L’intéressement est calculé selon les résultats ou aux performances de l’entreprise. L’accord d’intéressement indique la formule de calcul ainsi que les critères de répartition entre les salariés. Elle peut par exemple reposer sur le chiffre d’affaire, ou la rentabilité, voire même les deux combinés.

La répartition peut être :

  • Uniforme : tous les salariés reçoivent la même somme
  • Proportionnelle au salaire ou au temps de présence du salarié
  • Combiner plusieurs de ces critères

L’intéressement est long à mettre en place. Si vous voulez que le versement s’effectue au moment des fêtes, il faudra anticiper. En revanche, c’est une prime doublement positive : elle montre qu’ensemble, vous avez su atteindre les objectifs fixés, et elle en récompense l’ensemble des salariés !

4 – La prime de participation

La participation organise la redistribution d’une partie des bénéfices de l’entreprise au profit des salariés.Elle est obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés.
Elle concerne tous les salariés, mais comme pour la prime d’intéressement, elle peut être soumis à une condition d’ancienneté.

Qu’est-ce que c’est ?

Le salarié perçoit une prime dont le montant dépend des règles fixées par un accord de participation. Cet accord doit être préalablement signé à la majorité des 2/3 des salariés.
Ils peuvent demander le versement immédiat du montant ou le placer selon des conditions indiquées par l’accord. Dans le deuxième cas, la somme sera indisponible pendant 5 ans.

Comment la calculer ?

Le montant de la participation est aléatoire, car il dépend des bénéfices réalisés par l’entreprise. L’entreprise calcule la part des bénéfices à distribuer aux salariés (la réserve spéciale de participation) par une formule de calcul fixée par la loi.

bon à savoir

Voici la formule qui permet de la calculer : ½ [B – 5 % C] × S/VA

B : bénéfice « net » de l’entreprise
C : capitaux propres de l’entreprise
S : montant total de la masse des salaires de l’entreprise
VA : valeur ajoutée de l’entreprise

La répartition de la prime entre les salariés peut être :

  • Uniforme : tous les salariés reçoivent la même somme
  • Proportionnelle au salaire ou au temps de présence du salarié
  • Combiner plusieurs de ces critères.

Le montant de la prime est plafonné.

La participation permet de récompenser de manière concrète et équitable vos salariés pour l’effort produit dans l’année.

Pensez-y !

Au-delà des rétributions monétaires, vous pouvez aussi animer la vie de votre entreprise pendant cette période festive. Organiser une fête de fin d’année, un repas, un concours en interne… Les idées sont nombreuses, et permettront de créer de la proximité !

Mots clés associés
Partagez cet article

Envie de commenter cet article ?

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité *

Le Mag'RH, le magazine RH des PME.

Randstad
Haut de page

Inscrivez-vous à la newsletter Mag’RH ! et recevez toute l’actualité RH par email.

Loi Informatique et Libertés Ne plus afficher