Petite PME devient grande : gérer la croissance de son entreprise

Croître et prospérer, c’est souvent l’ambition de tout chef d’entreprise. Pourtant, une croissance anarchique et trop rapide peut avoir des conséquences désastreuses. Insatisfaction des clients, pertes financières, équipe démotivée et stressée … Pas toujours facile d’accompagner le développement de sa PME et de la faire grandir harmonieusement. Voici quelques conseils pour lui construire un avenir à sa mesure…

Quand l’entreprise grandit trop vite…

Certains signes ne trompent pas. Les difficultés de gestion apparaissent, la trésorerie fond comme neige au soleil, la logistique se complexifie et l’espace de travail devient souvent inconfortable pour tout le monde. Conséquence : la productivité diminue, le turn-over augmente et le moral des troupes est en berne. Les collaborateurs sont démotivés et ne trouvent plus leurs marques dans cette nouvelle configuration. Le dirigeant lui-même a parfois le sentiment d’être éloigné de ses équipes et avec l’arrivée massive de nouvelles recrues en peu de temps, il ne sait plus précisément qui fait quoi dans la société. D’où la nécessité d’anticiper et d’être vigilant lorsque l’entreprise donne un grand coup d’accélérateur.

Anticiper coûte que coûte

Première précaution à prendre : anticiper les besoins financiers de l’entreprise. Car paradoxalement, une augmentation trop rapide du CA n’est pas toujours bénéfique et les conséquences financières peuvent être désastreuses.

Un business plan régulièrement mis à jour permet de prévoir les fonds nécessaires pour l’avenir (notamment pour la recherche de financements à long terme), d’avoir une saine gestion du fonds de roulement et de maintenir la trésorerie à flot. Ainsi, le diagnostic financier est adapté en permanence, en fonction des opportunités ou des menaces.

Une bonne gestion passe également par le contrôle des coûts. Louer certains équipements, relancer les impayés ou encore externaliser certaines tâches s’avèrent souvent nécessaire pour remplir cet objectif.

Un vrai défi humain

Au-delà des impératifs financiers, l’enjeu de ce virage dans la vie de l’entreprise est avant tout humain. Le rôle du dirigeant est essentiel car ses responsabilités sont décuplées et il peut se heurter à certaines difficultés. Il est vrai qu’un créateur d’entreprise n’est pas forcément un développeur !

gestion-croissance-PME

Quelques points clés pour accompagner la croissance :

Fédérer et communiquer

Misez sur le management ! Organiser des réunions, des séminaires ou des événements reste le meilleur moyen d’intégrer les nouvelles recrues et de gérer d’éventuels conflits. Tout ce qui favorise la cohésion d’équipe est indispensable pour cimenter les relations. Et il faut parfois accorder un peu de temps aux « anciens » collaborateurs qui doivent « absorber » la nouveauté. Une intégration réussie passe également par une mise à jour régulière et transparente de l’information. Communiquer en permanence sur l’avancée des projets en cours, sur la situation financière … ne peut que motiver les équipes et les mettre en confiance.

Savoir déléguer

Impossible d’être partout sur le terrain lorsque l’on passe de 50 à 200 salariés !

La croissance de l’entreprise impose souvent une refonte de l’organisation et de la gestion, avec la mise en place de tableaux de bord, puisque le dirigeant ne peut plus piloter seul la société. D’où l’importance de savoir déléguer et de bien s’entourer. Avoir des objectifs très clairs, donner les moyens nécessaires pour y parvenir et accorder le pouvoir décisionnel aux cadres dirigeants évitera au chef d’entreprise de se retrouver vite débordé par la multiplicité des tâches.

Recruter et former

Un bon ingénieur ne fait pas forcément un bon gestionnaire !

Il s’avère souvent nécessaire d’aller chercher à l’extérieur des compétences qui n’existent pas en interne. Il est aussi souhaitable de faire évoluer les « anciens », qui ont parfois besoin d’être formés à de nouvelles technologies. Pour ne pas freiner la croissance, n’hésitez pas à anticiper le recrutement et les formations.

De la même façon et particulièrement dans les entreprises familiales, mieux vaut professionnaliser le management… pour couper court aux éventuelles querelles de familles !

Donner un souffle nouveau

Lorsque le navire s’agrandit, le capitaine a pour mission de montrer le nouveau cap à tenir. Les actions mises en place doivent refléter cette vision neuve et s’appuyer sur les nouvelles lignes stratégiques stables et cohérentes qui ont été transmises aux équipes. Sans oublier de définir également des objectifs réalisables et visibles à court terme pour obtenir des résultats rapidement et continuer à motiver les troupes.

Construire une nouvelle culture d’entreprise

La petite start-up créée par quelques amis est devenue une entreprise de taille respectable. Amorcer ce virage n’est pas toujours facile. L’esprit de la société change et il flotte souvent un parfum de « c’était mieux avant ». Alors, charge aux dirigeants de maintenir l’esprit de créativité et d’innovation qui animait l’entreprise à ses débuts. La réalisation d’un livret d’accueil par exemple peut être un bon support pour rappeler la mission et les valeurs de la société… pour que croissance rime avec renaissance.

 

Mots clés associés
Partagez cet article

Envie de commenter cet article ?

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité *

Haut de page

Inscrivez-vous à la newsletter Mag’RH ! et recevez toute l’actualité RH par email.

Loi Informatique et Libertés Ne plus afficher