Outsourcing RH : pourquoi sauter le pas ?

Externaliser ou pas, telle est la question ! Si certaines activités RH peuvent être confiées à des prestataires, il est préférable d’analyser précisément le bien fondé de cette démarche en fonction des besoins et de la stratégie de l’entreprise. Alors, comment prendre la bonne décision avant de sauter le pas ?

Faire le bon diagnostic

Comment déterminer les activités propices à l’outsourcing ? Généralement, on pense externalisation pour des fonctions précises et délimitées, qui demandent beaucoup de temps, sans pour autant générer de revenus ou de valeur ajoutée. Autre indicateur : ces activités nécessitent souvent des compétences spécifiques et complexes.

L’exemple de la gestion de la paie et des tâches connexes, déclarations sociales, virements, saisie des bases de données… est certainement le plus éloquent. Cette fonction est de loin la plus fréquemment externalisée pour des raisons évidentes.

D’abord, le volet comptable d’une entreprise ne supporte pas l’approximation et demande une expertise pluridisciplinaire administrative, légale et informatique. Et puis,  ces tâches sont extrêmement chronophages et nécessiteraient l’intervention de plus de 30% des effectifs ! On comprend dès lors qu’un tiers des entreprises en France confie la gestion de la paie à des prestataires externes. Et le phénomène ne fait que croître chaque année.

Même tendance pour la formation des collaborateurs. Il est vrai que bénéficier de la technicité, de la logistique et de la gestion administrative d’un prestataire spécialisé enlève souvent une épine du pied à l’entreprise et à ses dirigeants.

Gestion du recrutement : une fonction à part

Si les bénéfices de l’externalisation de la paie ou de la formation sont évidents, la prise de décision est souvent plus délicate lorsque l’on parle de recrutement. Le processus devient de plus en plus complexe et les exemples de solutions mixtes ont tendance à se généraliser. Les entreprises restent frileuses pour déléguer la totalité de la démarche.

En revanche, l’externalisation du sourcing est une solution aujourd’hui largement adoptée. Il est vrai que cette possibilité est une aubaine pour trouver rapidement de nombreux collaborateurs, en évitant de consacrer des heures à la publication des annonces. L’évaluation des candidats en revanche, jugée souvent comme une activité plus stratégique, reste souvent en interne.

Comme le souligne Thomas Chardin, directeur conseil d’une agence de communication dédiée aux RH :

« Vous pouvez externaliser une partie de l’exécution de votre recrutement, mais pas les orientations de l’entreprise en terme d’attractivité des talents ».

Il s’agit donc avant tout d’assurer les fondamentaux de la fonction RH pour être en mesure de se consacrer à ce qui reste essentiel dans le domaine : l’accompagnement des managers, le développement des compétences, la marque employeur, le dialogue avec les collaborateurs. Bref, à tout ce qui fait le cœur de l’entreprise.

externalisation

Simplifier les démarches et gagner du temps

L’outsourcing peut donc apporter beaucoup à l’entreprise, s’il est utilisé avec stratégie.

Pour une PME, le processus de recrutement est souvent long et fastidieux, d’autant plus que les profils recherchés sont généralement complexes et plus polyvalents que dans les grands groupes. Le dirigeant (car c’est bien souvent lui qui se charge de l’opération) ne peut être à la fois au four et au moulin ! Difficile en effet de mener de front diffusion des offres d’emploi, entretiens, vérifications de CV … et développement de la société. Le prestataire, lui, a accès à une importante base de données, pré sélectionne les candidats, affine le choix. L’employeur n’a plus qu’à trancher et à valider le bon profil, car c’est à lui que revient malgré tout la décision définitive. Au final, il a la possibilité d’attirer plus de candidats, mais sans se trouver débordé par l’afflux des réponses. Sans oublier l’aspect purement pratique dans la mesure ou le cabinet de recrutement prend généralement en charge les formalités administratives.

Résultat : un gain de temps précieux, qui permet de se recentrer sur les compétences propres de l’entreprise et sur son cœur de métier.

Bénéficier d’une réelle expertise

Faire appel à un spécialiste, c’est souvent pour l’entreprise la meilleure façon de trouver des collaborateurs qualifiés et compétents, et d’élargir le choix des profils envisagés. Un enjeu d’autant plus stratégique que l’on sait qu’une erreur de recrutement peut avoir des conséquences financières et humaines désastreuses pour la société. Et le chef d’entreprise n’est pas nécessairement formé à repérer les bons candidats.

Un partenariat engagé sur la durée permet d’établir une relation de confiance entre le prestataire et son client. Il s’agit rarement d’un choix temporaire ou ponctuel, mais d’une vraie démarche qui va avoir un impact sur l’organisation de l’entreprise. Du reste, le prestataire n’est pas un simple sous-traitant. Son rôle va bien au delà de celui d’un fournisseur de services. Il doit être proactif, accompagne le client et acquiert donc une vraie connaissance de ses besoins. Et surtout, il apporte en continu les fruits de sa spécialisation, depuis les conseils et la méthodologie jusqu’aux outils opérationnels et les innovations technologiques.

Bien sûr, l’externalisation a un coût et demande un certain investissement.

Alors, à chaque entreprise de mettre les différents arguments dans la balance afin de prendre les bonnes décisions…

Le Big Data pour optimiser le sourcing

big-dataEn collaboration avec Oracle et Cap Gemini, le groupe Randstad France a développé une nouvelle solution RH pour les problématiques de recrutement et de GPEC rencontrées par les entreprises.

Son objectif ? Permettre à une société qui s’implante dans une région ou qui souhaite y recruter, de mieux connaître son bassin d’emploi. Evaluer la tension (ratio offres d’emploi/candidats) sur les métiers correspondants à leurs besoins, identifier les bonnes compétences et les passerelles métier, avoir une vision plus précise des grands employeurs à une échelle locale… autant d’informations essentielles auxquelles ces entreprises pourront avoir accès.

Un dispositif particulièrement intéressant pour recruter sur certains métiers pénuriques, reclasser des salariés sortants, optimiser la gestion de carrières.

 

Mots clés associés
Partagez cet article

Envie de commenter cet article ?

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité *

Haut de page

Inscrivez-vous à la newsletter Mag’RH ! et recevez toute l’actualité RH par email.

Loi Informatique et Libertés Ne plus afficher