Les différents cas de séparation

Le départ d’un salarié peut se faire par l’un de ces trois procédés : la rupture conventionnelle, le licenciement ou la démission. Le point sur ces différents cas.

La rupture conventionnelle et sa décision conjointe

Il s’agit de la seule façon de mettre fin à CDI à l’amiable. Elle ne peut être imposée ni par l’employeur ni par l’employé, et elle est concrétisée par une convention de rupture qui précise la date de fin du contrat et le montant de l’indemnité de rupture perçue par le salarié.

Le licenciement et ses 4 déclinaisons

Il existe quatre cas de licenciement : pour motif économique, pour motif personnel, pour faute, et sans faute. Le premier résulte de difficultés de l’entreprise ou d’une tentative d’améliorer la rentabilité. Le second est lié au comportement du salarié en-dehors du cadre professionnel. Le troisième fait suite à un préjudice subi par l’entreprise du fait du comportement du salarié et est le plus facile à prouver puisque reposant sur des éléments objectifs. Enfin, le dernier survient lorsque l’employeur estime que l’employé n’est pas apte à accomplir ses missions.

La démission et sa procédure

Pour qu’une démission soit valable, le salarié doit vous signifier sa volonté de partir, soit par oral, soit par écrit. Il se doit de respecter un préavis, à moins d’en être dispensé (grossesse, enfant à élever ou congé pour création d’entreprise). La durée du préavis est généralement fixée par convention collective ou accord collectif.

Mots clés associés
Partagez cet article

Envie de commenter cet article ?

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité *

Haut de page