La loi du marché, le film choc qui met l’accent sur une forme de management néo libéral.

Le dernier film de Stephane Brizé, La Loi du marché est sorti en DVD mi octobre.

la-loi-du-marcheVincent Lindon (récompensé à Cannes par le prix d’interprétation), y incarne Thierry, la cinquantaine, chômeur depuis dix huit mois et qui peine à retrouver un emploi. Il décroche finalement un poste d’agent de sécurité dans une grande surface. Son job : surveiller les clients et le personnel. Il sera donc amené à dénoncer les petits larcins de personnes dans le besoin, comme lui. D’où le dilemme qui maintient le film dans une tension permanente : comment Thierry pourra t-il faire face, constamment tiraillé entre sa conscience et la nécessité de travailler ?

Dès sa sortie, le film a fait débat. Certains y ont vu une caricature, une vision simpliste de l’entreprise, décrite comme une machine tyrannique et abusive. D’autres une dénonciation de l’implacable loi du marché.

Plus encore, une charge contre la violence des rapports humains et l’aliénation dans le monde du travail. Stephane Brizé remet en question certaines techniques de management néo libérales, basées essentiellement sur des rapports de domination. Bien sûr, cette réalité existe. Mais les dérives provoquées par les tensions du marché du travail ne doivent pas non plus balayer les formes de management émergentes, plus respectueuses de l’individu. Et si l’autonomie et la collaboration venaient à remplacer l’autorité et la hiérarchie ?

Pour aller plus loin

Lisez nos articles sur les autres formes de management :

chefL’entreprise a t-elle encore besoin d’un chef ?

management-tendancesLes nouveaux crédos du management

 

Mots clés associés
Partagez cet article

Envie de commenter cet article ?

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité *

Le Mag'RH, le magazine RH des PME.

Randstad
Haut de page

Inscrivez-vous à la newsletter Mag’RH ! et recevez toute l’actualité RH par email.

Loi Informatique et Libertés Ne plus afficher