Financer vos embauches avec les aides de l’Etat

Une aide destinée aux PME, ouvrant droit à un montant total de 4000 euros sur deux ans, a été mise en place par les pouvoirs publics. Elle vient s’ajouter à plusieurs dispositifs existants comme la réduction des cotisations patronales sur les bas salaires ou encore le crédit d’impôt compétitivité emploi. Explications.

Vous le savez, le développement de l’entreprise passe aussi par l’embauche. Sauf qu’en ces temps d’incertitudes économiques, la décision de recruter reste souvent suspendue dans le temps. Depuis 2016, une nouvelle aide s’adresse directement aux PME, et pourrait bien changer la donne tout du moins temporairement.

Instaurée dans le cadre du plan d’urgence pour l’emploi, cette prime à l’embauche concerne les CDI comme les CDD et contrats de professionnalisation d’au moins 6 mois. Elle s’adresse aux entreprises de moins de 250 salariés et aux rémunérations inférieures à 1,3 Smic, soit 22 877 euros annuels, pour une durée hebdomadaire de 35 heures. En cas de travail à temps partiel le montant de la prime est alors proratisé. De même, si votre PME appartient à un groupe de plus de 250 salariés, l’effectif salarié à considérer sera celui de votre entreprise, non celui du groupe.

500 euros par trimestre pendant 2 ans

Pour les embauches réalisées jusqu’au 31 décembre 2016, une prime trimestrielle de 500 euros vous est octroyée pendant les deux premières années suivant l’embauche. Le montant total de cette aide s’élève ainsi à 4 000 euros. De plus, cette prime est cumulable avec d’autres aides existantes.

Concrètement, pour reprendre un cas d’école officiel(1), si vous décidez d’embaucher en CDD de 12 mois une personne, avec un salaire brut mensuel de 1 466 euros, vous parvenez à rembourser le total des cotisations patronales par mois (dans cet exemple de 601 euros/mois). De fait, en cumulant cette prime à l’embauche avec le pacte de responsabilité et de solidarité et les dispositifs de réduction des bas salaire(2) et de crédit d’impôt compétitivité emploi (https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F31326 ), on arrive dans ce cas à 694 euros d’aides.

Les aides cumulables et non cumulables

Outre ces dispositifs, sachez que la prime « Embauche PME » peut aussi être cumulée avec une aide attribuée par un conseil régional ou départemental. Sans oublier l’aide au chômeur créant ou reprenant une entreprise, les aides aux employeurs de personnes handicapées ou encore les exonérations de cotisations pour les départements d’Outre-mer. En revanche, cette prime n’est pas cumulable avec l’aide à l’embauche du premier salarié ou les contrats d’accompagnement à l’emploi type CUI-CAE. Concernant le contrat d’apprentissage, si tel est votre projet, retenez que l’aide est cumulable à l’issue dudit contrat, en cas d’embauche en CDI ou CDD de 6 mois et plus.

84 000 demandes en 3 mois

Si vous vous décidez de concrétiser votre désir d’embaucher, vous pouvez en faire la demande en ligne sur le site www.embauchepme.gouv.fr. Selon un premier bilan dressé à la mi-mars en conseil des ministres, 84 000 demandes ont à ce jour été formulées, dans près de 40 000 entreprises. Les trois quarts concernent des CDI, 35% des bénéficiaires ont moins de 26 ans. Par ailleurs, 80% des demandes émanent pour le moment d’entreprises de moins de 50 salariés.

(1) (http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/depliant_information_embauche_pme.pdf)
(2) (http://travail-emploi.gouv.fr/droit-du-travail/remuneration-et-participation-financiere/remuneration/article/la-reduction-de-charges-patronales-sur-les-bas-et-moyens-salaires

Mots clés associés
Partagez cet article

Envie de commenter cet article ?

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité *

Haut de page

Inscrivez-vous à la newsletter Mag’RH ! et recevez toute l’actualité RH par email.

Loi Informatique et Libertés Ne plus afficher