Emploi des seniors : des mesures pour ne plus battre en retraite !

Article précédent

Avec un taux d’emploi des seniors de 45%, la France est à la traîne de ses voisins européens. Or, un certain nombre de mesures concrètes existent pour contrer ce déficit, mais restent parfois méconnues. En ouvrant le droit à des exonérations de cotisations, à des primes, ou à des aides à la formation, ces dispositifs sont souvent avantageux pour l’employeur. Mais au-delà de l’aspect financier, ils peuvent aussi aider l’entreprise à développer une meilleure gestion prévisionnelle de ses ressources humaines.

Le dernier né : le contrat de génération

senior-2Ce contrat porte bien son nom : il s’agit de valoriser tous les âges au sein de l’entreprise en misant sur la transmission des compétences et des savoir-faire. Il offre la possibilité de recruter en CDI des jeunes de moins de 26 ans et de maintenir dans l’emploi des seniors âgés de plus de 57 ans, avec un objectif affiché : créer des binômes intergénérationnels.

Pour réaliser un diagnostic des ressources humaines dans l’entreprise et mettre en œuvre différentes actions, l’employeur peut demander l’aide de « l’appui conseil », proposé par la Direccte(1) de sa région.

L’incitation financière n’est pas négligeable non plus, puisqu’une aide de 4000 € par an et par binôme est allouée aux entreprises de moins de 300 salariés, jusqu’à 8000 € selon certaines conditions.

Former et recruter

Le contrat de professionnalisation :

Contrairement aux idées reçues, il n’est pas réservé aux jeunes ! Il n’y a pas d’âge pour se former et acquérir de nouvelles qualifications professionnelles.

Ce dispositif permet d’alterner périodes d’enseignement général, technologique ou professionnel et périodes de travail en entreprise. La formation est dispensée par un organisme dédié ou par l’entreprise elle-même. Ce contrat est généralement conclu soit pour une durée déterminée de 6 à 12 mois, voire 24 mois dans certains cas (personnes sans qualification, bénéficiaires du RSA(2) ou de l’ASS(3) par exemple), soit à durée indéterminée. Lorsque le collaborateur embauché a 45 ans et plus, l’employeur peut bénéficier de certaines aides financières spécifiques. Il est ainsi exonéré totalement des cotisations patronales et reçoit 2000 € s’il recrute un demandeur d’emploi.

Le CDD senior :

Profiter de l’expérience d’un salarié en fin de carrière sans pour autant s’engager à long terme, c’est possible avec le CDD senior. Ce type de contrat peut en effet être proposé à toute personne de plus de 57 ans au chômage depuis plus de 3 mois et pouvant prétendre à un contrat de sécurisation professionnelle (CSP). Plus souple qu’un CDD classique, il est généralement signé pour une durée de 18 mois, renouvelable une seule fois et n’impose pas de délai de carence. Il reste en revanche soumis à certaines règles, notamment en terme de salaire, de convention collective, de désignation du poste de travail …

Prolonger l’activité et organiser les relais de compétences

Certains aménagements restent intéressants, à la fois pour le salarié qui souhaite une fin de carrière progressive et « en douceur » et pour l’employeur qui peut ainsi conserver des expertises particulières au sein de l’entreprise.

Le cumul emploi-retraite :

Ce dispositif permet, sous conditions, d’exercer une activité professionnelle et de cumuler le versement des revenus et de la pension de retraite. Il s’adresse aux retraités ayant une carrière complète et à ceux âgés de 65 ans et plus. Sa mise en œuvre doit toutefois être quelque peu modifiée dès 2015. Pour l’employeur, les bénéfices restent inchangés : cette formule est souvent bien adaptée pour faire face à des pics d’activité de l’entreprise, mieux gérer les charges de travail, ou disposer de certains savoir-faire lors de projets particuliers.

La retraite progressive :

Plus attractive pour les personnes en fin de carrière depuis la réforme de 2013, la retraite progressive est encore méconnue. Le senior peut ainsi continuer à exercer une activité à temps partiel, tout en percevant une partie de sa retraite. L’occasion pour l’entreprise de faire parrainer de nouveaux salariés, de favoriser le transfert de compétences, mais également de prendre en compte la pénibilité de certaines tâches.

La surcote :

Il s’agit d’une majoration du montant de la pension, accordée aux travailleurs qui remplissent toutes les conditions pour percevoir leur retraite à taux plein et qui poursuivent leur activité après l’âge légal de départ à la retraite.

Un coup de pouce pour le salarié, mais aussi pour l’entreprise qui souhaite continuer à collaborer avec un senior riche d’expérience.

Les aides à l’amélioration des conditions de travail :

Egalement bon à savoir : le Fonds pour l’Amélioration des Conditions de Travail (FACT) accorde certaines subventions aux entreprises qui souhaitent mettre en place des dispositifs réduisant la pénibilité du travail lié à l’âge. Il ne faut donc pas hésiter à entamer des démarches dans ce sens, prestations de conseil pour accompagner des projets d’amélioration, mise au point d’outils méthodologiques, études techniques réalisées avant l’acquisition de nouveaux équipements …

Glossaire

(1) Direccte
Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi. Elles ont pour mission d’assurer le pilotage coordonné des politiques publiques du développement économique, de l’emploi, du travail et de la protection du consommateur.

(2) RSA
Revenu de solidarité active. Il assure aux personnes sans ou avec peu de ressources un niveau minimum de revenu variable selon la composition du foyer.

(3) ASS
Allocation de solidarité spécifique. Elle permet aux personnes n’ayant plus droit à l’allocation chômage de bénéficier d’un revenu minimum.

 

Mots clés associés
Partagez cet article
3 commentaires
  1. Bonjour
    Mais quelles sont les entreprises qui embauchent encore des seniors (!) ?

  2. Je suis chimiste deux doctorats auteure de plusieurs articles primée de OMPI, a encadré plusieurs doctorat stages MASTER et licences,… On me refuse à cause de mon âge et diplomes… Je suis vraiment déçue et frustrée. Tous ce qui se dit pour les seniors restent des paroles qui s’envolent et ne prend pas en compte que « les seniors c’est de l’or ».. Je suis toujours à la recherche de l’emploi….

  3. J’ajoute que je suis qualifiée Maitre de conférence par le ministère de l’enseignement supérieur , et 32 ans d’ancienneté dans l’enseignement et la recherche scientifique, j’ai même écrit à Monsieur le président de la République pour mon cas.. Et pourtant je ne cherche qu’à donner et partager mon savoir….car seul le savoir augmente de volume quand on le partage.

Envie de commenter cet article ?

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité *

Haut de page

Inscrivez-vous à la newsletter Mag’RH ! et recevez toute l’actualité RH par email.

Loi Informatique et Libertés Ne plus afficher