Comment remotiver les équipes face à la crise ?

Lorsque le contexte est morose, les finances ne sont pas au beau fixe et le moral des troupes est en berne. Pas facile alors d’aller de l’avant et de redonner confiance aux équipes. Pourtant, il existe de nombreuses façons de trouver les ressources nécessaires pour motiver des collaborateurs en proie au doute ou au découragement. Recentrer les objectifs, miser sur la transparence, valoriser le collectif … Et si finalement cette période de crise était l’occasion pour l’entreprise de développer de nouvelles opportunités ?

Communiquer de l’énergie

Difficile de retrouver le bon cap si l’équipage baisse les bras. Lorsqu’une chape de plomb semble peser sur l’entreprise, le rôle du manager est encore plus déterminant. C’est à lui d’insuffler la motivation et l’élan nécessaires pour que chacun puisse s’associer au projet de la société et avancer avec elle. L’énergie est communicative et reste la meilleure parade à l’immobilisme et à l’indécision. Alors mieux vaut montrer une attitude déterminée, tenir un discours volontaire et transmettre une vision constructive qui ouvre des perspectives.

Ainsi, ce chef d’entreprise responsable d’un site de petites annonces qui a instauré un rituel tout simple mais qui invite chacun à terminer la semaine sur une note positive : chaque vendredi après-midi, il envoie un mail à ses salariés en résumant tous les points forts et les avancées de la semaine. Un geste d’encouragement qui incite à poursuivre les objectifs.

Parler vrai

Il n’y a rien de pire dans une équipe que les non-dits et les bruits de couloir, forcément sujets à la confusion et aux incompréhensions. Particulièrement en période de crise, le « syndrome du bunker », autrement dit le dirigeant qui s’enferme dans le mutisme et ne communique plus, a souvent des effets dévastateurs. D’où la nécessité d’être présent sur le terrain, d’installer un vrai dialogue et de prendre régulièrement le pouls des équipes.

Le manager est aussi celui qui annonce les bonnes … et les mauvaises nouvelles. Mais quoi qu’il arrive, il est préférable d’informer les collaborateurs sur la situation de l’entreprise avec honnêteté et transparence. S’il ne faut pas hésiter à présenter et à valoriser les succès, il ne faut pas non plus négliger de communiquer sur les moins bons résultats. En admettant les difficultés sans se voiler la face, on affronte mieux la réalité. Un manager qui parle vrai et se montre conscient des problèmes affirme son leadership et démontre sa volonté de conduire l’équipage à redresser la barre. Et faire la part belle à la communication permet aussi de présenter les perspectives qui s’offrent à l’entreprise pour donner de la visibilité sur l’avenir de la société.

Miser sur la confiance

Lâcher la bride sur certains process est un message fort pour montrer la confiance que le manager place dans ses équipes, surtout en période de crise. Du reste, de plus en plus d’entreprises commencent à accorder plus de liberté aux collaborateurs… et ça marche. Ceux-ci ont ainsi la possibilité de planifier eux-mêmes leurs jours de congé, de moduler leurs horaires, ou encore de recourir au télé-travail par exemple. D’une manière générale, déléguer et favoriser l’autocontrôle contribue à donner du sens au travail effectué. Résultat : une meilleure implication de la part des salariés, qui voient dans ce management plus souple une vraie reconnaissance de leur engagement.

Jouer collectif

Dans les moments difficiles, il est encore plus nécessaire de savoir souder les troupes et donc de miser sur le travail collaboratif et l’entraide. Rien de tel pour l’émulation que de faire travailler ensemble des personnes de différents services. Il ne faut donc pas hésiter à organiser des échanges et des réunions plus ou moins informelles. Au final : plus de créativité et une implication accrue autour de projets bâtis en commun. Et pourquoi ne pas mettre en place différentes actions solidaires et participatives, dispositif de covoiturage, site interne de petites annonces, de prêts entre salariés ou encore forums de discussion selon les centres d’intérêt de chacun.

remotiver

Ajuster les objectifs

En temps de crise, pas facile de viser les mêmes objectifs que ceux définis lors des périodes de croissance. Aussi, mieux vaut parfois avoir des ambitions plus modestes, reporter les gros chantiers par exemple ou favoriser le « quick win ». Sans oublier de capitaliser sur les premières réussites, aussi minces soient-elles. Du reste, il est souvent plus motivant pour les collaborateurs d’avoir dans le viseur une tâche principale à accomplir à court terme, chaque semaine ou chaque mois, plutôt que de vouloir atteindre des objectifs trimestriels voire annuels, qui apparaissent alors comme des montagnes infranchissables. Quelle que soit la stratégie choisie, l’essentiel est d’éviter les objectifs flous, changeants ou trop irréalistes et de définir des axes de travail lisibles et précis.

Décompresser

La meilleure façon d’être efficace au travail, c’est aussi d’en sortir ! Pensez à offrir aux collaborateurs la possibilité de souffler en laissant parfois les dossiers de côté. Les encourager à rejoindre des clubs professionnels ou à préparer des rencontres sportives interservices par exemple offre une soupape de décompression salutaire. Opter pour des séminaires de team building dans un cadre agréable est aussi un bon moyen de relâcher la pression et d’offrir aux collaborateurs de nouvelles perspectives. Il suffit parfois de s’accorder une parenthèse dans le travail pour mieux s’y remettre ensuite. Et cela est également valable pour le manager qui doit lui aussi prendre du recul et s’accorder des moments de détente pour se ressourcer.

Rebondir

« A toute chose, malheur est bon », dit le proverbe. Et en effet, il n’est pas rare qu’une situation de crise fasse émerger de nouvelles opportunités pour l’entreprise… et un regain de motivation pour les salariés. Dans ces périodes de tension, on constate souvent certaines améliorations, dans le suivi des objectifs ou en terme de productivité par exemple, mais aussi un retour aux fondamentaux et à l’essentiel. Du reste, la nécessité de s’adapter pousse souvent le dirigeant et ses équipes à développer d’autres compétences ou d’autres façons de travailler, à prendre des initiatives qui donnent la part belle aux innovations et à la créativité. Ainsi, certains vont miser sur le pôle Recherches & Développement, d’autres vont repenser leurs process… Autant de nouvelles orientations qui permettront aux équipes de retrouver une vraie cohésion et de reprendre confiance en l’avenir.

Mots clés associés
Partagez cet article

Envie de commenter cet article ?

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité *

Haut de page

Inscrivez-vous à la newsletter Mag’RH ! et recevez toute l’actualité RH par email.

Loi Informatique et Libertés Ne plus afficher