6e édition du Championnat de soudure : revaloriser un métier, favoriser le recrutement

Mal connu, peu valorisé, le métier de soudeur offre de réelles opportunités dans de nombreux secteurs industriels. Le Championnat de soudure, organisé par Randstad, en partenariat avec l’Institut de Soudure, est l’occasion de mettre un coup de projecteur sur ce métier exigeant.

Soudeur : un métier manuel en pénurie

Métallurgie, mécanique, maintenance mais aussi industrie navale ou nucléaire : la soudure trouve des applications et des débouchés dans de multiples secteurs industriels. Pourtant, la France manque de soudeurs. On estime ainsi entre 2 500 et 3 000 le nombre de postes à pourvoir, tous secteurs d’activité confondus. Les PME, en particulier, peinent à trouver les compétences et les candidats qualifiés dont elles ont besoin.

Un métier noble

soudeurÀ l’origine de cette pénurie : un déficit d’image. Le métier de soudeur est souvent mal connu et souffre encore de son image d’Épinal. La fumée, les étincelles, les ateliers des romans de Zola : tout cela est bel et bien fini. Car, comme dans d’autres secteurs, le métier de soudeur a considérablement évolué, avec l’apparition de nouveaux procédés et matériaux et de nouvelles techniques. « Exigeant, technique mais aussi valorisant, le métier de soudeur a toutes les caractéristiques d´un métier noble. Cette réalité est souvent méconnue et, à l´instar de nombreux métiers manuels industriels, la profession de soudeur mérite d´être reconnue à sa juste valeur. » souligne Laurent Duverger, Manager Centre Expert Experts Métallurgie-Chaudronnerie-Soudure chez Randstad.

Exigeant, technique mais aussi valorisant, le métier de soudeur a toutes les caractéristiques d’un métier noble. Cette réalité est souvent méconnue et, à l’instar de nombreux métiers manuels industriels, la profession de soudeur mérite d’être reconnue à sa juste valeur.

Du travail à la clé

Le métier de soudeur offre aussi de multiples passerelles entre différentes filières industrielles et des opportunités d’évolution professionnelle vers un poste de chef d’équipe ou de formateur. Côté rémunération, là aussi, halte aux idées reçues ! Le niveau des salaires est en moyenne plus élevé que pour les autres métiers manuels, avec des rémunérations qui peuvent atteindre 5 000 euros mensuels dans certaines spécialités nécessitant une expertise pointue. « Il y a du travail à la clé. En effet, alors même que nous avons mis en emploi plus de 7 000 soudeurs en 2012, dans plus de trois cas sur dix, nous n´avons pas trouvé la compétence recherchée. Preuve, s´il en est, du caractère pénurique de ce métier » poursuit Laurent Duverger.

Il y a du travail à la clé. En effet, alors même que nous avons mis en emploi plus de 7 000 soudeurs en 2012, dans plus de trois cas sur dix, nous n´avons pas trouvé la compétence recherchée. Preuve, s´il en est, du caractère pénurique de ce métier.

Revaloriser l’image du métier

ecusson-soudure-2013C’est pour promouvoir ce métier pénurique, que Randstad organise depuis six ans le championnat de soudure. Un événement national à la fois innovant et ludique qui permet de médiatiser et de revaloriser l’image du métier. La sixième édition, qui s’est déroulée du 26 mars au 19 avril 2013, a attiré presque 600 soudeurs. Intérimaires, apprentis, permanents en entreprise: les participants, aux parcours et aux profils variés, se sont déplacés en nombre dans les agences Randstad pour tester leur habileté sur un simulateur de soudure virtuelle, prêté par l’Institut de Soudure. L’objectif du championnat ? Tenter de réaliser une soudure parfaite, en utilisant l’un des trois procédés de soudure : semi-automatique, à l’arc à électrode enrobée ou au TIG. À l’issue de la journée, pour chaque procédé, le participant de chaque agence, ayant réalisé le meilleur score, est reparti avec une cagoule électro-optique de soudure. Quant aux 3 meilleurs soudeurs nationaux, ils ont remporté un Ipad.

Le simulateur de soudure virtuelle, prêté par l'Institut de Soudure.

Le simulateur de soudure virtuelle, prêté par l’Institut de Soudure.

Favoriser les rencontres

Organisé dans 23 villes de France, le championnat de soudure est aussi une formidable occasion d’attirer des candidats potentiels et de favoriser les rencontres avec les entreprises ayant des postes à pourvoir. Mais aussi de tisser des liens avec des centres de formation et de mieux faire connaître le métier auprès des jeunes. Et de susciter des vocations ! Cette année, près de 170 entreprises ou partenaires formation ont fait le déplacement pour ces rencontres. Pour sa sixième édition, le succès du Championnat de soudure est toujours au rendez-vous : preuve que ce métier a encore de l’avenir. Preuve aussi de l’implication de Randstad pour revaloriser ce métier avec une détermination… dure comme fer !

Le championnat en chiffres

  • 23 villes
  • 570 participants
  • 170 entreprises ou partenaires formation/emploi

Repères

  • 50 000 soudeurs en France
  • 1 563 salaire moyen brut en euros

Source : baromètre Randstad des salaires des métiers de la mécanique et de la métallurgie 2012

Mots clés associés
Partagez cet article

Envie de commenter cet article ?

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité *

Haut de page

Inscrivez-vous à la newsletter Mag’RH ! et recevez toute l’actualité RH par email.

Loi Informatique et Libertés Ne plus afficher