5 conseils pour booster l’esprit d’équipe

Dans votre boîte à outils de dirigeant, vous disposez de nombreux leviers pour encourager le sens du collectif, qui se nourrit d’un projet commun, d’une vision claire et partagée des objectifs et d’espaces de discussion sur le travail. Alors dégainez-les !

C’est l’un des arguments forts pour attirer les candidats vers les PME. Si l’esprit d’équipe ou le sens du collectif existent bien évidemment dans les grandes entreprises, ils prennent une dimension supplémentaire dans les plus petites structures. Là les échanges sont simplifiés, la polyvalence appréciée et le sentiment de partager une aventure entrepreneuriale à bien des égards plus accessible. Reste que cet état d’esprit doit s’entretenir, pour devenir un levier de fidélisation des salariés et de performance de l’entreprise. A fortiori dans un contexte de croissance rapide de votre entreprise, ou de difficultés d’ordre conjoncturelles. Dans un cas comme dans l’autre, vous appuyer sur une équipe gagnante représente une ressource précieuse, un passage obligé vers de bons ou meilleurs résultats.

1 – Avant toute chose… constituez une équipe

Avant même de parler de collectif et de cohésion, pensez « équipe » dès la phase de recrutement de vos collaborateurs. Les qualités individuelles du postulant sont certes à considérer en premier, mais ayez à l’esprit le collectif dans lequel il va être appelé à s’intégrer. Pas question de vous transformer en psychologue, il est en effet difficile de savoir à l’avance les relations qui vont se tisser entre les salariés. En revanche, vous pouvez veiller à diversifier les profils de votre entreprise, à miser sur une complémentarité des compétences, à développer le tutorat. Considérez également l’étape de l’intégration du nouvel arrivant comme un moment-clé de la vie d’une équipe. Un simple mail ou mot d’accueil de votre part pour le présenter ne suffiront pas. Mettez en place une réelle procédure d’accompagnement.

2 – Fédérez autour d’un projet commun

Une équipe, si petite fût-elle, a besoin pour réussir d’un objectif commun et d’un leader. Si l’on prend la métaphore du football, ou de tout autre sport collectif, c’est bien le coach qui va incarner ce rôle. Aussi, vous devez non seulement donner une vision claire de votre stratégie, mais également attribuer à chacun une feuille de route, des missions précises. N’oubliez pas, non plus, d’installer une organisation du travail favorisant l’entraide et la solidarité. Dans le même ordre d’idée, pourquoi ne pas lancer le projet de participer, ensemble, à un événement sportif. Dans cette PME, des salariés avaient émis l’idée d’un semi-marathon. Le dirigeant a préféré un triathlon régional en équipe, pour l’aspect « relais » qui lui semblait davantage renforcer l’esprit d’équipe qu’une course individuelle. D’autres PME font aussi le choix de prendre part au Téléthon ou à d’autres événements à but caritatif, pour renforcer le lien et en même temps donner un sens à l’action.

Au quotidien, veillez dans tous les cas à être cohérent dans les échanges avec les uns et les autres. Les leviers de motivation peuvent différer et commander que vous adaptiez votre discours en conséquence. Pour autant, celui-ci doit s’appuyer sur des éléments factuels stables et objectifs, bref sur des données communes à tous. Votre responsabilité de dirigeant est enfin de faire grandir l’équipe, en lui donnant les moyens d’évoluer : accès à l’information, évolution des compétences et reconnaissance collective figurent pour cela dans votre boîte à outils.

3 – Misez sur les interfaces plutôt que les relations interpersonnelles

On a trop souvent tendance à circonscrire la cohésion d’équipe aux relations interpersonnelles. Autrement dit, il suffirait de bien s’entendre et de gérer les éventuels conflits pour booster l’esprit collectif et obtenir de meilleurs résultats. Les dirigeants des PME, multipliant souvent les casquettes, sont à la fois plus accessibles que les grands patrons mais n’ont pas toujours le temps ni les moyens RH de travailler sur le relationnel.

Une nouvelle approche du coaching vise au contraire à s’intéresser davantage aux interfaces professionnelles entre les membres d’une équipe. « On ne va pas travailler sur les relations mais accompagner l’équipe pour qu’ils se passent la balle », explique par exemple l’un de ses promoteurs Alain Cardon*, pour qui les bénéfices de cette vision systémique sont porteurs. « Si une équipe évolue, les personnes vont évoluer avec. On arrive à obtenir des résultats que les cohésions d’équipe n’ont jamais connu ». Pour en faire la démonstration, rien de tel qu’un panier de basket : vos collaborateurs pourront constater par eux-mêmes l’importance des passes, du rebond et des lancers francs.

4 – Créez des espaces de discussion efficaces

Un bon moyen de se « passer la balle » est aussi de prendre le temps de discuter du travail. Trop souvent, les réunions d’équipe sont accaparées par le quotidien, les affaires urgentes ou noyées sous un trop plein d’informations. Certains salariés y vont d’ailleurs à reculons, les considérant comme une perte de temps. A la clé, démotivation et manque d’appropriation des principaux messages risquent d’être au rendez-vous. Pourquoi, au contraire, ne pas créer un espace où l’on discute tout simplement de la façon de travailler, où l’équipe ressort avec des propositions d’amélioration et des décisions concrètes ? Vous devez avant tout bien définir le cadre des discussions**– qui pour être efficaces doivent être centrées sur les pratiques professionnelles et non être un espace de revendication ou négociation. Ainsi vous avez à votre portée un outil très porteur pour mobiliser vos équipes, co-construire des solutions et transmettre les bonnes pratiques, que vous pourrez consigner dans un cahier ou classeur commun par exemple. Vous pouvez enclencher un cercle vertueux qui préviendra bien des conflits nés d’une incompréhension mutuelle ou d’un manque de communication. Autre idée à suivre : ne pas limiter l’espace des affichages aux seuls documents légaux (convention collective, etc) mais en faire un vrai tableau d’expression commun : mots de bonne journée, petites annonces, bons plans, etc.

5 – Encouragez les moments de convivialité

Sans aller jusqu’aux séminaires de « team building », qui requièrent moyens financiers et temps, de simples moments de convivialité partagée peuvent aussi permettre de souder un collectif. Les fêtes sont souvent l’occasion de pots d’équipe ou de repas à l’extérieur. Mais vous pouvez aussi imaginer d’autres rendez-vous réguliers dans l’année et puiser dans les nouvelles tendances. Pourquoi ne pas opter pour des jeux de piste, où l’équipe a une énigme commune à résoudre, des ateliers théâtre ou encore le geocaching (chasse au trésor numérique).

L’aménagement du lieu de travail participe également de l’ambiance et de la motivation générale. Une machine à café, quelques fauteuils bien placés et des plantes vertes peuvent paraître des détails… Mais les bonnes idées émergent aussi d’un environnement porteur et d’espaces informels d’échanges.

*https://www.youtube.com/watch?v=zgUNWSDyHzY
**http://www.anact.fr/services-outils/demarches-outillees/mettre-en-place-des-espaces-de-discussion

Mots clés associés
Partagez cet article

Envie de commenter cet article ?

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vérification de sécurité *

Haut de page

Inscrivez-vous à la newsletter Mag’RH ! et recevez toute l’actualité RH par email.

Loi Informatique et Libertés Ne plus afficher